Pour la libération d'Alexandr Koltchenko : l'honneur du mouvement ouvrier en France

Depuis plusieurs années, A. Koltchenko est connu en Crimée pour ses engagements antifascistes, syndicaux, anarchistes, écologistes. Ayant diffusé un film sur l’assassinat de la journaliste indépendante criméenne Anastasia Baburova, à Moscou en 2009, il avait déjà été attaqué au couteau par une bande fasciste.

Depuis plusieurs années, A. Koltchenko est connu en Crimée pour ses engagements antifascistes, syndicaux, anarchistes, écologistes. Ayant diffusé un film sur l’assassinat de la journaliste indépendante criméenne Anastasia Baburova, à Moscou en 2009, il avait déjà été attaqué au couteau par une bande fasciste. Il a poursuivi ses activités militantes en faveur des droits humains et a ainsi participé, dans le camp clairement antifasciste, aux manifestations de la Place Maïdan qui ont abouti à chasser le président ukrainien Ianoukovytch, dont le clan pillait les richesses et exploitait la population de ce pays. Lors de l’intervention militaire russe en Crimée, Alexandr Koltchenko a organisé des manifestations pacifiques de protestation contre l’occupation militaire, qui a faussé le référendum, aux côtés de citoyens et citoyennes tatar-es, ukrainien-nes ou russes. Quelques jours avant une de ces manifestations, la police politique russe (F.S.B.) a enlevé plusieurs des organisateurs de ces résistances populaires ; ce fut le cas d’A. Koltchenko, le 16 mai 2014. Avec trois autres personnes ainsi kidnappées, il a été accusé notamment « d’organisation d’un groupe terroriste lié à l’extrême-droite ukrainienne ». S’en suit une litanie d’accusations délirantes : Koltchenko est accusé d’avoir planifié des explosions près de la statue de Lénine à Simféropol les 8 et 9 mai, saboté des voies ferrées et des lignes électriques, tenté d’incendier les locaux de l’Unité Russe et de la Communauté russe de Crimée le 14 avril, et ceux de Russie Unie le 18 avril !

Alexandr Koltchenko est un antifasciste que la police politique tente de faire passer pour un fasciste. Alexandr Koltchenko est un homme qui se considère comme citoyen ukrainien et que la police politique russe veut juger en tant que russe. Il est enfermé dans des conditions draconiennes, ses avocats sont privés des droits élémentaires d’une défense digne de ce nom, et il est sous la menace de 15 ans de camp de travail.

Les délais de détention "légaux" de Koltchenko et de Sentsov se terminent le 11 et le 16 avril respectivement. Début avril, le Tribunal de Lefortovo doit donc se prononcer sur la mesure de sûreté: soit ils resteront en prison, soit ils seront interdits de quitter le territoire de Russie ou bien assignés à résidence. Et c’est seulement une pression forte et large sur le régime de Poutine et des protestations dans le monde entier qui pourront donner à nos camarades une chance de sortir de la prison. Nous exigeons leur libération immédiate ainsi que l’arrêt de toute action publique à leur encontre.

 

Sutie au premier appel lancé lors d'une réunion-débat avec des militants syndicalistes, anarcho-syndicalistes, socialistes et social-démocrates russes et ukrainiens le 16 octobre dernier, puis au lancement de la campagne le 15 février dernier, pour la libération immédiate d’Alexandr Koltchenko et pour les libertés démocratiques dans tous les pays, des organisations associatives, syndicales et politiques du mouvement ouvrier en France appellent à manifester devant les ambassades de Russie et d’Ukraine, le samedi 11 avril à 15 heures.

Solidaires et la FSU appellent, les CNT et les organisations anarchistes sont mobilisées, des militants et des instances de la CGT et de la CGT-FO commencent à en discuter : n'est-il pas temps de renouer avec la vraie tradition internationaliste du mouvement ouvrier français, à l'Est comme à l'Ouest, au Nord comme au Sud ? La tradition anti-impérialiste et anti-stalinienne par laquelle la FEN en 1956 dénonçait à la fois l'intervention en Hongrie et l'intervention à Suez, la tradition du comité international contre la répression des années 1970 arrachant la libération de Leonide Pliouchtch et défendant les victimes de la répression au Chili ou au Pérou ? N'est-il pas temps de s'intéresser à nouveau à toute l'Europe comme nous  y appelle le peuple ukrainien, et aussi, n'en doutons pas, le peuple russe ? N'est-il pas temps de laisser à la poubelle de l'histoire les lunettes de la guerre froide qui empéchent encore de combattre contre l'oppression militariste au Donbass ou à Damas ? N'est-il pas temps de comprendre enfin que combattre un impérialisme quelconque n'est pas faire le jeu de son ennemi impérialiste, car il faut les combattre tous ? N'est-il pas temps de transcrire à nouveau dans les actes cette réalité : que droits humains, libertés publiques, liberté d'expression et d'organisation, droit à l'organisation sociale et syndicale et indépendance syndicale, n'ont aucune frontière ? N'est-il tout simplement pas temps de sauver l'honneur du mouvement ouvrier de France ?

Devant l’ambassade de Russie, pour dénoncer l’enlèvement et la détention d’A. Koltchenko et exiger sa libération immédiate ; devant l’ambassade d’Ukraine (16 h 30) pour que son gouvernement revendique explicitement la libération d’Alexandr Koltchenko.

Premières organisations appelantes :

Ligue des Droits de l’Homme, Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme, Groupe de résistance aux répressions en Russie, Ukraine Action, Action antifasciste Paris-Banlieue, Initiatives Pour un Autre Monde (IPAM/AEC), Union syndicale Solidaires, Fédération Syndicale Unitaire (FSU), Confédération nationale du travail (CNT-F), Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO), Syndicat National de l'Enseignement SUPérieur (SNESUP/FSU), Émancipation, CGT Correcteurs, Sud éducation, FSU Allier, Alternative Libertaire, Ensemble! (membre du Front de gauche), L’insurgé, Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Fédération anarchiste (FA), Collectif Antifasciste Paris Banlieue, Mémorial 98, Association des Etudiants Ukrainiens en France.

Les rassemblements sont déposés.

15 h à 16h ambassade de Russie : 40-50 75 016 Boulevard Lannes /angle rue Dufrenoy métro Dauphine.

Ambassade d'Ukraine 16h30 18h Angle rue de Segur /avenue de Saxe

Et à Marseille :

- 15 h devant le Consulat d’Ukraine, 38 Rue Roux de Brignoles, 13006
- 16 h devant le Consulat de Russie, 3 Avenue Ambroise Paré, 13008

Et à Strasbourg :

devant le consulat de Russie (place Sébastien Brant) le samedi 11 avril à 15 heures.

Premiers signataires : Alternative libertaire Alsace, Solidaires Alsace, Sud education Alsace, NPA 67, Émancipation 67, ATTAC Strasbourg…

Et à Biarritz :

Rassemblement/Elgarretaratzea devant le vice-consulat de Russie, 11 heures.

 

Voir aussi :

Qu'est-ce qui se passe en Crimée annexée ? Quelle est l'affaire de Oleg Sentsov et Alexandre Koltchenko ?

Émission du 6 mars 2015. Reprise d’un débat du 15 février à la librairie l’Émancipation, Paris, sur le thème suivant « Les répressions politiques en Russie et la guerre en Ukraine ; le cas de l’antifasciste Alexandre Koltchenko ». Intervenants : Olga Miryasova militante anarchiste, spécialiste des mouvements protestataires en Russie, Vincent Présumey, syndicaliste FSU.

http://www.b-a-m.org/2015/03/o-s-en-crimee-annexee/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.