Vincent Présumey
Abonné·e de Mediapart

231 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2021

La démonstration française.

La France offre une démonstration spectaculaire au monde : une politique sanitaire antidémocratique n'est pas sanitaire.

Vincent Présumey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des mesures comme la vaccination généralisée et une information vaccinale sur les personnes selon les endroits où elles vont (le "pass"), peuvent être saisies par la société de manière positive ou neutre. Pas dans la France bonapartiste de Macron. Et celui-ci n'a en rien essayé : le 12 juillet au soir passe, fin de la gratuité des tests, licenciement des soignants, etc., ont été ouvertement présentés comme des mesures punitives destinées à évaluer le "civisme" - version gauloise et grotesque de la "note de vie sociale" de M. Xi Jinping.

Le pire de cette politique se déploie dans les anciennes colonies : Martinique, Guadeloupe, Réunion, Tahiti, Guyane. 1) la santé publique y est sinistrée et la vaccination a été sous-organisée jusqu' à présent, 2) utilisant le caractère meurtrier de l'épidémie dont il est responsable, l’État français conçoit et présente les mesures d'urgence sanitaire comme punitives, policières, et ne recourant en aucun cas à la participation des gens, les "indigènes" étant rendus responsables de la situation, 3) du coup, la vaccination est perçue comme un acte autoritaire - elle le devient : comment ne pas comprendre que des populations qui ont subi le chlordécone ou Mururoa ne puissent pas faire confiance à un produit apporté par le même appareil d’État oppresseur et méprisant, qui s'est toujours foutu de leur vie ?

Alors, en effet, des thèmes "antivax" non fondés scientifiquement apparaissent dans les prises de position syndicales à la Guadeloupe et dans les autres "outremers".

Et, d'une seule voie, les bonnes consciences de la gauche "vaccinale" métropolitaine se mettent à hurler : ouh les vilains, ouh les antivax, ouh les complotistes, ouh les ... antisémites ?

Ces hurlements sont partie intégrante du bonapartisme néocolonial et ne servent en rien la défense de la vaccination.

Il arrive que les opprimés disent des conneries. Désolé, mais il faut rester avec eux, à leurs cotés contre l'oppresseur. Surtout pas de leçons de morale outragées, ça suffit, ça ne fait que du mal et c'est contre-productif. C'est seulement comme ça qu'on se met en état de combattre les conneries d'où quelles viennent.

Cette leçon "d'outre mer" a une portée plus générale en France : le problème sanitaire n°1 ne réside pas dans les "antivax", mais dans celui dont ils sont le reflet inversé, Macron. La "vaccination" n'est ici rien d'autre que l'alibi de l'union sacrée, de l'engagement aux côtés du pouvoir contre le droit du travail, les précaires et les jeunes. Ce n'est pas une position sanitaire, c'est une position politique d'union sacrée, qui n'a plus rien de sanitaire et qui dessert la vaccination.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement