Poutine, Kotarac, Maréchal-Le Pen, et l'oreille de J.L. Mélenchon.

"A Yalta se retrouvent bel et bien les deux extrémités de l’échiquier français." (Le Monde)

"A Yalta se retrouvent bel et bien les deux extrémités de l’échiquier français. « Je ne suis pas d’accord avec Mariani et Maréchal sur de nombreux sujets. Mais sur la défense de la souveraineté nationale et sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord », explique ainsi Andréa Kotarac, élu régional de La France insoumise qui, sur les dossiers internationaux, dit avoir l’oreille de Jean-Luc Mélenchon. « Je suis venu pour dire qu’une partie de la gauche française ne considère pas la Russie en ennemi, bien au contraire. »
En marge des panels de discussion, autour des bars et buffets, les échanges de propos amicaux, cartes de visite et verres de vin vont bon train. « Les Russes voient en nous des voix différentes et, peut-être, des espoirs de la politique française. Mais nous ne sommes pas manipulés », se défend Andréa Kotarac."
(Le Monde du dimanche 21 avril 2019).

Soyons clair. Est-il possible d'être en total accord en politique étrangère avec Mme M.M. Le Pen sans que cela n'ait rien à voir avec les orientations "franco-françaises"?

Est-il possible de jouer au militant de gauche, ou "populiste de gauche" peut-être voire "populiste" tout court, à Lyon, tout en paradant aux côtés de la principale représentante politique de l'option fasciste-identitaire en France, sous le haut parrainage de Vladimir Poutine ?

Cette "conférence de Yalta" visant officiellement à attirer des capitalistes étrangers en Crimée annexée est le Davos de la finance, du capital et des mafias soi-disant "anti-impérialistes".

M. Kotarac n'a pas seulement remplacé là M. Kuzmanovic : il va plus vite, plus haut, plus fort. Alors que M. Kuzmanovic ne fait que des séminaires franco-français avec MM. Philippot et Cheminade, lui émarge directement et publiquement auprès de l'empereur et aux côtés de Mme M.M. Le Pen, à Yalta !

Il est vrai qu'il avait déjà joué à l' "antifasciste" en paradant aux côtés des fascistes du Donbass l'an dernier. S'il n'est un gros poisson, de gros poissons tournent là autour ...

Selon Le Monde ce serait avec "l'oreille de Jean-Luc Mélenchon".

La question doit donc être posée :

- à J.L. Mélenchon,

- aux élus du groupe (à l'origine PG-EELV-Nouvelle donne) dont est membre A. Kotarac au Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes,

- à tous les militants attachés à la démocratie et au mouvement ouvrier, et, parmi eux, à ceux qui sont membres de la FI ;

peut-on tolérer un seul jour de plus la présence dans vos rangs du représentant officieux de la FI, autoproclamé ou pas, aux côtés de Marion-Maréchal Le Pen dans la bénédiction de Vladimir Poutine ?

(question subsidiaire : peut-on se poser en "résistants", en "antifascistes" ou autres, si l'on cautionne cela ?)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.