Vincent Présumey
Abonné·e de Mediapart

231 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mai 2018

Ne laissons pas Poutine avoir son Bobby Sands.

(Bobby Sands : prisonnier politique irlandais mort en grève de la faim illimitée sous Thatcher). Oleg Sentsov est en grève de la faim illimitée depuis le 14 mai pour la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens en Russie. Alexandre Koltchenko est en grève de la faim illimitée depuis le 30 mai pour la libération d'Oleg Sentsov.

Vincent Présumey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fin 2014 début 2015,  l’anarchiste et défenseur de l’environnement Alexandre Koltchenko, présenté par les tribunaux russes comme un fasciste alors qu’il est l’antifasciste le plus connu de Crimée, et avec lui le cinéaste, internationalement reconnu, Oleg Sentsov, défendu par Ken Loach, Bertrand Tavernier, Pedro Almodovar, étaient condamnés respectivement à 10 ans et 20 ans de "camp à régime sévère".

Oleg Sentsov est en grève de la faim depuis le 14 mars.
Oleg Sentsov a clairement fait savoir qu’il s’est lancé dans ce combat, avec comme revendication la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens en Russie, en sachant qu’il risque la mort à la date de la coupe du monde de football à Moscou, et pour qu’ainsi l’écho soit maxima.
Mercredi 30 mai nous apprenons qu’Alexandre Koltchenko,, en camp similaire près de Tchéliabinsk en principe pour 10 ans, vient de se lancer en grève de la faim illimitée à son tour avec comme revendication l’exigence qu’Oleg Sentsov n’avait pas mis en avant : la libération de Sentsov !

Alexander Koltchenko, un autre prisonnier politique ukrainien détenus en Russie, a entamé une grève de la faim ! Cela est très dangereux, Alexander a déjà un déficit du poids très grave. Il a été hospitalisé à plusieurs permises lors du son emprisonnement.
Arrêté en mai 2014, Oleg Sentsov et le militant anarchiste Alexandre Koltchenko ont été accusés d’avoir fomenté des actions terroristes. En réalité, ils étaient jugés parce qu’ils n’ont pas accepté l’annexion de leur Crimée natale. Malgré le caractère politique de cette affaire fabriqué de toutes pièces et l’absence complète de preuves, Sentsov a été condamné à 20 ans de prison, Kolchenko - à 10 ans. 64 accusations arbitraires connues d’Ukrainien-ne-s, dont près de 50 Tatars de Crimée, ont eu lieu depuis en Russie. Le 14 mai 2018, Oleg Sentsov, se trouvant en colonie à régime sévère sur le cercle polaire, a engagé une grève de la faim illimitée : selon ses calculs sa mort devrait se produire pendant le Championnat. Sentsov exige la liberté non pas pour lui-même mais pour tous et toutes les prisonnier-e-s politiques ukrainien-ne-s en Russie et on est sûr et certain qu’il ira jusqu’au bout.
C’est pour cela que Sentsov met sa vie en jeu et c’est pour Sentsov que Koltchenko fait de même. (courrier de Hanna Perrekhoda).

LIBERTE POUR SENTSOV ET KOLTCHENKO !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart