La mort du Livret Personnel de Compétences (2008-2016) au collège

Le Livret Personnel de Compétences au collège, c’est fini. Tout d’un coup, le Ministère le trouve « d’une exceptionnelle complexité ». 8 ans pour reconnaitre une erreur c’est un peu long, mais, plus grave, cette volte-face montre que le système éducatif ne sait toujours pas où il va.

         LPC, ou « Usine à cases » ?

    Voilà une disparition  passée presque inaperçue cette année : le Livret Personnel de Compétences. Mis en place en 2008, il a hanté la communauté éducative des collèges de France, les parents –mais assez peu les élèves, qui pour la plupart en ignoraient jusqu’à l’existence- avant de sombrer dans l’oubli au printemps dernier, d’un trait de plume du ministère. Si ce Livret ne vous dit rien, en voici l’essentiel : en 2005, donc, l’idée d’une meilleure manière d’évaluer les élèves est mise en avant par le ministère. Celui-ci commence en effet à être sérieusement bousculé par l’échec du collège et les comparatifs du type PISA. Alors à l’époque, ministre et inspecteurs tirent à boulet rouge sur les notes, qui « ne veulent rien dire » qui ne sont que des « évaluations sommatives ». L’idée était de remplacer le système des notes et de l'absurde moyenne par une grille où les savoir-faire (les « compétences ») sont explicites et précis (« savoir nager » en sport, « écrire sous la dictée », « lire à haute voix »). L’enseignant valide ces compétences quand elles sont acquises.

 

Une page, parmi les 25, du LPC Une page, parmi les 25, du LPC

 

    Sur le papier, c’était bien sûr un progrès. Ce papier de 25 pages, donc, on le trouve ici. Sur le papier, c’est même parfait : l’élève qui n’a pas tel ou tel savoir faire « se verra proposer un dispositif de remédiation » jusqu’à ce qu’il y arrive.

    Mais dans la réalité, les enseignants (et beaucoup de parents d’élèves aussi) ont d’emblée pointé les insuffisances du nouveau moyen d’évaluer les élèves :

      - On ne sait pas trop qui doit valider chaque « item » de « domaine » (voilà à nouveau des mots compliqués dont les pédagogues du ministère ont le secret pour dire les choses simples « savoir-faire », « chapitre »)

-          La plupart des formulations sont trop vagues (les 3 citées plus haut sont peut-être les plus claires des 98) : que veut dire précisément « manifester, par des moyens divers, sa compréhension de textes variés » ? Quand va-t-on considérer que « avoir des connaissances d’œuvres littéraires du patrimoine » est acquis ? A 15 œuvres ? à 5 ? à 2 ? Et que dire des compétences à 3 lignes du type (accrochez-vous, ce sont des maths)  « organisation et gestion de données : reconnaître des situations de proportionnalité, utiliser des pourcentages, des tableaux, des graphiques. Exploiter des données statistiques et aborder des situations simples de probabilité »

-          Un savoir faire est-il « validé » quand un élève réussit l’exercice une fois ? préparé ou pas ? quand il le réussit la plupart des fois ? quand il le réussit toujours ? chaque enseignant, chaque parent se fait sa propre réponse, et le Livret ne veut plus dire grand chose.

-          Quand l’élève a-t-il atteint le niveau attendu ? Lorsque toutes les compétences sont validées ? Ou la moitié ? Un moment, les inspecteurs se sont risqués à avancer à 80%... mais pourquoi pas 70 ou 90% ? Réponse d’autant plus impossible à obtenir clairement que professeurs et chefs d’établissement peuvent valider des chapitres entiers !

-          Le « dispositif de remédiation » est mis en place selon la bonne volonté d’un professeur (mais lequel ?) et bénévolement, sachant qu’il ne peut pas garder d’élève après la sonnerie, ni en faire sortir d’autres avant.  

    Ah qu’elle était bien surnommée cette machine, cette « Usine à cases » ! Aucune des questions posées plus haut n’a bien sûr reçu de réponse claire. Ni avant, ni au cours de la mise en place de ce Livret. Et la liste des problèmes concrets posés par ce LPC est plus longue que cela. Elle a empoisonné, ou plutôt biaisé, souvent les relations entre adultes au collège. En 2011, le Ministre accepte que l’on valide le Livret par « domaines » (traduisez : par « chapitres »… ce qui se faisit à peu près partout dès la mise en place !). En 2016, la Ministre abandonne ce système, le jugeant tout d’un coup « extrêmement complexe » (si vous ne me croyez pas c’est à cette page du site du Ministère, juste après « Le nouveau Livret scolaire »). Voilà qui est extrêmement étonnant de la part d’une institution qui nous expliquait extrêmement fréquemment que ce LPC était extrêmement bon pour améliorer l’efficacité du collège.

Et maintenant, on va où ?

     Le Ministère communique sur le thème d’un «  nouveau livret scolaire plus simple ». Parents, professeurs, élèves, découvrez à quoi ressemblera ce « Livret » ici même, il est sorti au printemps.

     On va être un peu ironique : le nouveau Livret est plus simple ! de 25, il passe à 28 pages. On passe de 11 matières à 18, c’est plus simple. « Bulletin de notes » s’appelle désormais « Suivi des acquis scolaires de l’élève » c’est plus simple, ça aussi ! Et le rajout par le professeur, avant sa traditionnelle appréciation, de ce qui a été fait et vu pendant le trimestre, en 3 tirets dans une case de 4,8cm X 1,2cm, c’est plus simple, pas de doute. Mais il est surtout plus simple parce que, pour parler en langage courant, c’est une suite de bulletins de notes et non un livret de compétences !

La page qui se répète le plus dans le nouveau livret est celle-ci, le bulletin trimestriel © Ministère Education National La page qui se répète le plus dans le nouveau livret est celle-ci, le bulletin trimestriel © Ministère Education National
La page qui se répète le plus dans le nouveau Livret est celle-ci, le bulletin trimestriel.

L’expression « livret » qui fait référence au LPC est donc un leurre, le Livret est bien mort.

     Pour l’obtention du brevet à la fin de la 3ème cependant, ce ne sont plus les moyennes mais des cases à cocher :  pour 8 « composantes », l’élève a une « maitrise insuffisante », « fragile », « satisfaisante » ou « très bonne »… mais ces cases sont converties en note ! 50 points pour une « très bonne maitrise », 10 points pour une « maitrise insuffisante ». Le tout donne une moyenne. Quand on se rappelle qu’au point de départ de toute cette histoire, il y a dix ans, était d’éviter absolument les moyennes, la tête nous tourne… on en perd notre latin, pour faire un mauvais jeu de mot.  

Grille de notation Brevet 3ème © Ministère Education Nationale Grille de notation Brevet 3ème © Ministère Education Nationale

La grille de notation (malgré son apparence) du contrôle continu pour le Brevet

     Certes, nous prenons un peu le contrepied de ce qui a pu être dit, même par des observateurs aussi pertinents que les Cafés Pédagogiques, en janvier dernier, lors de la présentation officielle du « nouveau » livret. Nous sommes plus critiques. C’est tout l’intérêt de ces quelques semaines de recul.

 

            Un système toujours anxiogène

     Nous pouvons donc nous réjouir de l’abandon du LPC. Le retour du bulletin noté en fin de trimestre est un code social qui a ses limites, mais qui lui au moins est compréhensible par les familles et les élèves. Par contre, ces 8 ans de LPC sont 8 ans perdus, et ça, c’est inquiétant pour le collège, qui ne s’améliore toujours pas.

     On pourrait s’imaginer, au regard de ce « nouveau livret », que l’institution scolaire revient enfin sur le chemin d’une amélioration pragmatique, et non plus décidée abstraitement rue de Grenelle. Nous craignons que non : cette fin du LPC n'est à notre avis qu'une concession faite au corps professoral pour éviter que la contestation contre la réforme du collège reprenne fortement durant l’année scolaire qui commence.

     Car sur le fond, rien n’est réglé : les problèmes du collège sont toujours aussi massifs, on a toujours plus de 100 000 élèves qui en sortent chaque année sans aucun diplôme, la fuite vers les collèges privés se poursuit (j’enseigne dans une ville où les collèges privés, pleins à craquer, forment désormais plus de 60% des jeunes, et ils refusent des candidats !). Aucun vrai moyen de remédiation n’est mis au service des élèves qui en ont besoin. Les élèves les plus en difficulté passent désormais quasi-systématiquement en classe supérieure, où leur frustration s’accentuera encore. La valeur du diplôme est toujours plus réduite, contrairement à la recommandation explicite de l’Union européenne d’ailleurs qui préconise « plus de responsabilité » dans l’attribution des diplômes. En prime, les collèges commencent cette année avec des heures d’ « accompagnement personnalisé » … en classe entière ! (ce n’est pas une blague ; ce système kafkaïen est en place depuis plusieurs années dans les lycées, et les remontées uniquement négatives du terrain sont donc sanctionnées par une extension du système au collège). Et bien sûr, les élèves perdront en moyenne 25% d’heures de cours du fait de la réforme.

     Les solutions de bon sens existent, pas forcément plus chères, mais nécessitent un courage politique que n’ont pas les décideurs obnubilés par leur image et par le souci du marketing politique. On vit une époque formidable : de nos jours les réformes éducatives sont surtout faites pour pouvoir dire qu’on fait une réforme, et pour réduire les dépenses. On maquille le tout pour faire croire le contraire. Et pendant ce temps, vogue la galère collège… ou plutôt sombre le navire…

Bureau des surveillants, collège Hélène Boucher, Thionville Bureau des surveillants, collège Hélène Boucher, Thionville

     Mais on va terminer par une note positive : le collège en France a 40 ans passés maintenant et si nous y tenons tant, c’est que la grosse machine a tout de même une résilience, une capacité de régénération extraordinaire. Normal : on y travaille avec des jeunes. Ou plutôt : des jeunes nous y font travailler, ou nous y travaillent, on sait pas trop. Durant ce mois de septembre un nouveau type de jeunes (si si, parents d’élèves croyez-nous : chaque année les élèves sont différents)… ces jeunes, donc s’approprieront un système que nous les adultes nous voudrions meilleur, à leur manière. Ce ne sera pas évident. Mais on les aidera. Comme on peut, en bricolant, mais on les aidera.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.