Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

396 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 déc. 2010

Thorium, pour un avenir nucléaire propre?

L’idée d’utiliser du CERN.Le concept nommé “

Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© RT

L’idée d’utiliser du thorium au sein d’un réacteur nucléaire afin de produire une énergie propre et bon marché (car le Thorium est très répandu) date de 1993 et émane de Carlo Rubbia, physicien nucléaire, prix Nobel de physique et ancien directeur du CERN.

Le concept nommé “Rubbiatron” est “un type de réacteur nucléaire sous-critique dans lequel l’énergie cinétique de particules chargées est utilisée pour entretenir la réaction. Celle-ci produit suffisamment d’énergie pour approvisionner l’accélérateur de particules, ainsi qu’une plus-value énergétique.”

Ce processus possède de nombreux avantages comparé au processus de fission à base d’uranium, mais rencontre bien évidemment une résistance importante dont les axes principaux sont la “protection des acquis” de l’industrie nucléaire civile et militaire actuelle et (seul argument recevable) la complexité technique.

Du côté des avantages, on trouve la conception sous-critique faisant en sorte que la réaction s’arrête d’elle-même en cas d’accident, l’abondance et la capacité énergétique du thorium (200 fois plus que l’uranium, 3,5 million de fois la capacité du charbon…), très faible production de plutonium, déchets moins toxiques et à durée de vie plus courte.

La vidéo ci-dessus (en anglais) fait un point sur cette technologie et son manque d’acceptation au sein des politiques publiques.

Le brevet déposé par Carlo Rubbia a été acheté récemment par le groupe norvégien Aker Solutions dans le but de développer un réacteur (plus exactement, un accélérateur de protons) sur son site anglais, nommé Accelerator Driven Thorium Reactor prévu pour une mise en service commerciale vers 2025-2030.

Evidemment en France on préfère en rester à l’uranium, quitte à aller le chercher à la pointe du fusil. Bien sur il y a la fameuse fusion nucléaire avec ITER, mais dont les contraintes techniques sont telles qu’elle risque fort de rester très longtemps (minimum 50 ans) un gouffre financier sans aucune utilité en termes de production d’énergie. Au-delà de la question de la production en elle-même, la solution ADTR envisagée par Aker est de type compacte et permettrait la création d’un maillage de réacteurs de 600 MW situés sous terre donc très protégés et proches de utilisateurs.

Le 18 novembre 2010 le projet ADTR de Aker Solutions se vit décerner la Energy Award de IChemE (Institution of Chemical Engineers) pour le meilleur projet innovateur en matière d’énergie renouvelable, de sources alternatives et d’efficience.

Une présentation (pdf) du concept de Carlo Rubbia est disponible ici.

Billet en accès libre sur http://rhubarbe.net/blog/2010/12/07/thorium-pour-un-avenir-nucleaire-propre/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès