Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

396 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 déc. 2010

Thorium, pour un avenir nucléaire propre?

L’idée d’utiliser du CERN.Le concept nommé “

Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© RT

L’idée d’utiliser du thorium au sein d’un réacteur nucléaire afin de produire une énergie propre et bon marché (car le Thorium est très répandu) date de 1993 et émane de Carlo Rubbia, physicien nucléaire, prix Nobel de physique et ancien directeur du CERN.

Le concept nommé “Rubbiatron” est “un type de réacteur nucléaire sous-critique dans lequel l’énergie cinétique de particules chargées est utilisée pour entretenir la réaction. Celle-ci produit suffisamment d’énergie pour approvisionner l’accélérateur de particules, ainsi qu’une plus-value énergétique.”

Ce processus possède de nombreux avantages comparé au processus de fission à base d’uranium, mais rencontre bien évidemment une résistance importante dont les axes principaux sont la “protection des acquis” de l’industrie nucléaire civile et militaire actuelle et (seul argument recevable) la complexité technique.

Du côté des avantages, on trouve la conception sous-critique faisant en sorte que la réaction s’arrête d’elle-même en cas d’accident, l’abondance et la capacité énergétique du thorium (200 fois plus que l’uranium, 3,5 million de fois la capacité du charbon…), très faible production de plutonium, déchets moins toxiques et à durée de vie plus courte.

La vidéo ci-dessus (en anglais) fait un point sur cette technologie et son manque d’acceptation au sein des politiques publiques.

Le brevet déposé par Carlo Rubbia a été acheté récemment par le groupe norvégien Aker Solutions dans le but de développer un réacteur (plus exactement, un accélérateur de protons) sur son site anglais, nommé Accelerator Driven Thorium Reactor prévu pour une mise en service commerciale vers 2025-2030.

Evidemment en France on préfère en rester à l’uranium, quitte à aller le chercher à la pointe du fusil. Bien sur il y a la fameuse fusion nucléaire avec ITER, mais dont les contraintes techniques sont telles qu’elle risque fort de rester très longtemps (minimum 50 ans) un gouffre financier sans aucune utilité en termes de production d’énergie. Au-delà de la question de la production en elle-même, la solution ADTR envisagée par Aker est de type compacte et permettrait la création d’un maillage de réacteurs de 600 MW situés sous terre donc très protégés et proches de utilisateurs.

Le 18 novembre 2010 le projet ADTR de Aker Solutions se vit décerner la Energy Award de IChemE (Institution of Chemical Engineers) pour le meilleur projet innovateur en matière d’énergie renouvelable, de sources alternatives et d’efficience.

Une présentation (pdf) du concept de Carlo Rubbia est disponible ici.

Billet en accès libre sur http://rhubarbe.net/blog/2010/12/07/thorium-pour-un-avenir-nucleaire-propre/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof