Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

396 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 juil. 2012

Truvada: jackpot pour Gilead, enfer à venir pour les gays séronégatifs

A plus de 27 dollars la pilule, l’antirétroviral (ARV) Truvada fabriqué par Gilead Sciences Inc. rapporte gros. Approuvé en 2004 par la FDA en tant qu’ARV pour les séropositifs, cette même FDA vient d’approuver, en “expedited” (cad avec un minimum de tests et, sans doute, un maximum de corruption) l’usage du Truvada en tant que médicament préventif pour les plus susceptibles, de part leur “style de vie” (cad essentiellement les homosexuels mâles), de devenir séropositifs. Cela ouvre évidemment d’intéressantes perspectives commerciales, car au rythme d’une pilule par jour ça fait tout de même au bas mot 10 000 dollars US par an par gay qui serait convaincu de l’utilité de cette médication. Même sur une estimation plutôt basse du nombre de gays aux USA de l’ordre de 2 millions, avec un taux d’accroche de 10% seulement cela ferait tout de même un chiffre d’affaire supplémentaire annuel de 2 milliards de dollars! Et si on extrapole à la planète gay dans son ensemble… 

Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A plus de 27 dollars la pilule, l’antirétroviral (ARV) Truvada fabriqué par Gilead Sciences Inc. rapporte gros. Approuvé en 2004 par la FDA en tant qu’ARV pour les séropositifs, cette même FDA vient d’approuver, en “expedited” (cad avec un minimum de tests et, sans doute, un maximum de corruption) l’usage du Truvada en tant que médicament préventif pour les plus susceptibles, de part leur “style de vie” (cad essentiellement les homosexuels mâles), de devenir séropositifs. Cela ouvre évidemment d’intéressantes perspectives commerciales, car au rythme d’une pilule par jour ça fait tout de même au bas mot 10 000 dollars US par an par gay qui serait convaincu de l’utilité de cette médication. Même sur une estimation plutôt basse du nombre de gays aux USA de l’ordre de 2 millions, avec un taux d’accroche de 10% seulement cela ferait tout de même un chiffre d’affaire supplémentaire annuel de 2 milliards de dollars! Et si on extrapole à la planète gay dans son ensemble… 

Si encore cela servait réellement à quelque chose, mais d’une part si vous suivez ce blog vous êtes au courant des arguments qui démontrent que le VIH, s’il existe, n’est pas la cause du Sida et d’autre part, même la très orthodoxe AIDS Healthcare Foundation, une association qui prend en charge les personnes atteintes du Sida, s’est fendue d’unvirulent communiqué au sujet de cette annonce, signé par son président Michael Weinstein:

“L’approbation par la FDA du Truvada de Gilaed en qualité d’anti-VIH préventif, sans l’obligation d’un test VIH préalable, est irresponsable et causera un retour en arrière des efforts de prévention.  Depuis le début nous croyons qu’il y a eu une ruée vers une décision de la part d’officiels du gouvernement et d’ailleurs, en faveur de cette approbation malgré des résultats d’études très mitigés. Et alors que la FDA recommande un résultat de test séronégatif avant toute prise de Truvada en mode préventif, et stipule que cet usage pour des personnes de statut séropositif ou indéterminé est contre-indiqué, ce test n’est pas obligatoire – la FDA ne fait que renforcer l’avertissement sur l’emballage du produit. Cette action de la FDA révèle une négligence à la limite de l’abus (malpractice) qui résultera en de nouvelles infections, une résistance accrue (à ce type de médicament , ndt) et de sérieux effets secondaires pour de très nombreuses personnes.”

Weinstein fait ainsi ressortir plusieurs problèmes, n’ayant bien sûr rien à voir avec le problème fondamental de la cause réelle – et du traitement – du Sida, mais néanmoins révélateurs de l’arnaque en cours:

D’une part les résultats mitigés des études s’efforçant de démontrer l’efficacité du Truvada.   Etudes probablement bidon (voir l’article Sciences de la vie, dangers mortels?) mais dont les résultats ont quand même obligé la FDA et Gilead de préciser que “le Truvada seul ne doit pas être utilisé en tant que préventif anti-VIH (et pourtant c’est bien à ce titre qu’il est vendu, ndt) mais doit être combiné avec d’autres pratiques de safe sex.” Par “autres pratiques”, hors le préservatif je ne vois pas très bien – et d’ailleurs c’est bien ce que dit Fauci, pour qui les “autres pratiques” sont le préservatif, le conseil en réduction des risques (autrement dit, porter un préservatif) et les tests de séropositivité. On pourrait naïvment se poser la question de savoir à quoi peut servir un médicament à 10 000 dollars par an s’il ne “fonctionne” qu’avec un préservatif, lui-même censé réduire le “risque d’infection” de près de 100% pour un coût infiniment moindre… Mais, comme le disait le Grand Jacques, chez ces gens-là on ne cause pas, on compte.

Ce qui mène au second problème soulevé par Weinstein, l’attitude qu’auront les personnes à risques: tout comme le passage de l’AZT à forte dose aux tri-thérapies a transformé le Sida d’une maladie fatale en une maladie chronique (et surtout infiniment plus rentable) et ce faisant lui donnant une image de “pas si grave que cela, on en meurt plus” associé à une recrudescence des rapports non protégés, l’accès à un Truvada “préventif” aura probablement pour effet que des gens prendront plus de risques (cad plus de rapports non protégés) en se croyant “couverts” par leur prise journalière de Truvada. Ce qui, dans la logique virale du Sida, ne peut que mener à une recrudescence des contaminations vu que le Truvada seul ne sert à rien, de l’aveu même de la FDA et de Gilead. Mais pas de problème pour Gilead, c’est tout bénéfice: plus de contamination = encore plus de séropositifs à traiter par… le Truvada, entre autres.

Et pour terminer Weinstein s’inquiète, à très juste titre, des effets secondaires inhérent à ce médicament. Même s’il est possible de justifier, dans une certaine mesure et dans certains cas, l’utilisation d’ARVs tel le Truvada pour des personnes séropositives, c’est sans doute impossible pour des personnes séronégatives et, a priori, en relativement bonne santé. Bonne santé qu’ils risquent désormais de ne pas garder très longtemps, et cela n’aura rien à voir avec le VIH. Comme quoi la création sans fin de nouveaux problèmes médicaux fait bien partie du “business model” de l’industrie pharmaceutique…

Billet en accès libre sur http://rhubarbe.net/blog/2012/07/17/truvada-jackpot-pour-gilead-enfer-a-venir-pour-les-gays-seronegatifs/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre