Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

396 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 août 2008

SIDA: 20 ans de doutes sur le VIH

Vincent Verschoore
Blogueur et photographe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Début août se tenait à Mexico la 17ème conférence mondiale sur le Sida. Fournir un traitement antirétroviral, combattre la stigmatisation et la discrimination liées au VIH, renforcer les systèmes de santé, trouver un vaccin contre le VIH, et répondre plus largement aux droits humains des personnes vivant avec le VIH ont été au nombre des grands thèmes débattus lors de la conférence, qui était la première à se tenir en Amérique latine.

En 2007, l'ONUSIDA annoncait une baisse des morts du Sida:

"Le nombre de morts du sida a baissé en 2007 pour la deuxième année consécutive après une hausse continue pendant plus de vingt ans, selon l'Onusida, qui souligne que l'épidémie semble atteindre un palier grâce aux trithérapies et à la stagnation du nombre de nouvelles infections au virus HIV dans beaucoup de pays."

En septembre 2007, la firme pharmaceutique Merck & Co a annoncé la décision d’arrêter leur essai clinique d’un vaccin contre le VIH. Cette décision était basée sur le fait que, parmi les quelque 3.000 participants à ce test clinique, la séropositivité est apparue plus fréquemment chez les vaccinés que dans le groupe contrôle traité par un placebo.

Le 11 juillet 2008 le Financial Times annonce que la firme Roche annonce la décision de suspendre toute recherche sur de nouveaux médicaments contre le VIH.

Le Docteur Peter Piot, médecin belge qui assumait, depuis sa création en 1995, la position de Directeur Exécutif de ONUSIDA à Genève, a pris récemment la décision de ne pas demander le renouvellement de son mandat.

Kevin de Cock, qui dirige le département VIH/SIDA à l’Office Mondial de la Santé, dans le journal The Independent du 8 juin 2008:

"L’Office Mondial de la Santé a accepté le fait que la menace d’une épidémie hétérosexuelle mondiale du SIDA a disparu » ; et que « la stratégie promue par les principales organisations du SIDA pour la prévention universelle de la maladie a peut-être été mal dirigée ».

Toujours sur base des conclusions de Kevin de Cock, cette fois dans le journal The Guardian du 12 juin 2008:

« La peur du SIDA fut la panique de santé publique la plus mensongère, la plus fausse et la plus cynique des 30 dernières années ». « Il est enfin admis, au plus haut niveau, qu’il n’y a aucune menace de pandémie mondiale du SIDA parmi les hétérosexuels ».

Hérésie? Non!

Beaucoup le savent, mais cela reste néanmoins une toute petite partie de la population: la théorie officielle de la découverte d'un virus VIH au début des années 80 qui serait à l'origine du SIDA (Syndrome d'Immunodéficience Acquise, pour rappel...), et qui depuis lors mobilise des millions d'euros de subventions, des milliers de scientifiques, et génère de beaux bénéfices pour le secteur pharmaceutique, n'est pas une théorie acceptée de tous, y compris dans les milieux scientifiques, loin s'en faut.

Il existe une opinion alternative initiée, juste après la prétendue découverte du VIH, par un brillant chercheur de Berkeley, le Prof Peter Duesberg http://www.duesberg.com/ .

Depuis lors cette opinion alternative s'est affinée et renforcée au fil des ans et des échecs de la science officielle pour isoler et trouver une parade à ce supposé virus.

Quelques liens utiles (toute petite sélection...):
En français:
http://www.sidasante.com/textes/tours.htm

En anglais:
http://www.virusmyth.com/aids/hiv/rsletbmj.htm
http://www.theperthgroup.com/

Ayant eu la chance de tomber sur le bouquin de Duesberg dès sa sortie, en 1985, j'ai adhéré à son point de vue et suis ce dossier de près ou de loin depuis cette époque, ou on nous promettait l'apocalypse si on osait ne serait-ce que regarder une fille sans mettre une capote (j'avais 22 ans, en plein coeur de cible comme on dirait aujourd'hui..), avec tous les relents judéo-chrétiens que véhiculait (et véhicule encore) ce nouvel eldorado pour chercheurs, technocrates et hygiénistes en tous genres.

Il est important de comprendre que ce qui est mis en cause par les anti n'est pas l'état de déficience immunitaire en tant que tel, qui existe bel et bien de façon spécifique (population riche) ou endémique (population mal nourrie). Est mit en cause, littéralement, la cause de cette déficience immunitaire: les anti ne croient pas (ou doutent fortement) que la cause soit un virus, et certainement pas le VIH. La cause de la déficience immunitaire est multiple, en gros: abus de produits chimiques et style de vie débilitant au sein des populations dites riches, mal bouffe et absence de soins auprès des populations dites pauvres.

Plus de 20 ans après, mon opinion n'a pas changé:
- le fameux VIH n'a toujours pas été isolé

- l'épidémie n'a pas eu lieu et les risques d'infection largement surévalués

- le vaccin anti-VIH semble impossible à trouver

- les anti sont toujours là, et leur nombre augmente

- le SIDA est une pompe à fric pharmaceutique, un eldorado pour les chercheurs qui passent leur vie à chercher sans (surtout pas!) trouver,

- le SIDA est une arme de contrôle moral

- Les articles contraires à la pensée unique et politiquement correcte en matière de SIDA ne sont pas, à de rares expections près, publiés par les médias français, ce qui pose de sérieuses questions sur l'allégience réelle et le professionalisme des directeurs de ces médias.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND