Ampoules basse consommation: un sombre avenir?

Les ampoules basse consommation sont à la mode, et même un must de l'écologiquement correct vu.... leur faible consommation, plus exactement leur bonne efficience, ce qui n'est pas difficile sachant qu'une ampoule classique génère pour 100% d'énergie consommée 90% de chaleur et 10% de lumière.Mais, car il y a un mais: les ampoules basses connsommation ont (au moins) deux désavantages:1) elles génèrent de forts champs magnétiques, nettement supérieurs à ceux générés par une ampoule classique de même puissance.2) elles contiennent du mercure à l'état gazeuxA ceci on peut ajouter les coûts de fabrication et l'effet stroboscopique.

Les ampoules basse consommation sont à la mode, et même un must de l'écologiquement correct vu.... leur faible consommation, plus exactement leur bonne efficience, ce qui n'est pas difficile sachant qu'une ampoule classique génère pour 100% d'énergie consommée 90% de chaleur et 10% de lumière.

Mais, car il y a un mais: les ampoules basses connsommation ont (au moins) deux désavantages:

1) elles génèrent de forts champs magnétiques, nettement supérieurs à ceux générés par une ampoule classique de même puissance.

2) elles contiennent du mercure à l'état gazeux

A ceci on peut ajouter les coûts de fabrication et l'effet stroboscopique.

 

La vidéo ci-jointe fait notamment la démonstration de l'ampleur du champ magnétique de ces ampoules.

 

Autant le point (2) peut être considéré comme un désavantage objectif par tout un chacun, autant le point (1) implique un a priori comme quoi les champs électromagnétiques posent un problème de santé publique. Si on s'en tient à la littérature officielle, même s'il existe des normes régulant les rayonnements électromagnétique des équipements électriques, on ne parle guère de la question du rayonnement basse fréquence (ce qui est le cas des ampoules et de tout ce qui est branché au réseau 50 Hz). On parle beaucoup plus de téléphones portables et des antennes relais, ce qui est un autre problème. Voir par exemple le site de l'OMS sur ce sujet: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs304/fr/index.html.

Il existe un mouvement nettement plus critique à l'égard de ces champs, comme on le voit par exemple dans cette déclaration de chercheurs au Sénat le 23 mars 2009: http://www.priartem.fr/Qeclaration-du-23-mars-2009-champs.html, ou sur des sites tels que http://santepublique-editions.fr/ d'ou provient cette vidéo.

 

Il est sans doute utile de comprendre la nature des champs électromagnétique à basse fréquence (par oppostion aux champs à haute fréquence comme les téléphones portables) ainsi que leurs effets.

Concernant les effets, voici un lien vers un résumé d'une étude vétérinaire sur des rats exposés à un champs basse fréquence: http://revmedvet.com/2007/article_fr_158_206_212.html

 

Pour faire simple, un champ électromagnétique est composé de deux vecteurs, le champ électrique et le champ magnétique.

Le champ électrique, en volt par mètre, mesure une tension: même éteint, une ampoule ou tout équipement électrique connecté au réseau emettra un champs électrique. 0 30 cm, une lampe de chevet ou un radio-réveil emettra de 20 à 150 V/m, alors que le seuil recommandé est plutôt de l'ordre de 1 V/m.

Le champ magnétique (stricto sensu: l'induction magnétique) n'apparait que s'il y a du courant, il est mesuré en milli-Gauss ou en Tesla. C'est ce champ qui est mesuré dans la vidéo. La "zone sûre" ne devrait pas dépasser quelques milli-Gauss.

On trouve des informations techniques nettement plus complète sur Internet, par exemple sur http://www.bbemg.ulg.ac.be/FR/00/accueil.html

 

Edité le 17 juin: Suite aux remarques d'un contributeur (vor débat) se réferant au magasine L'Ecologie de juin 2009, ce champ magnétique ne serait en fait persistant que pendant les premières minutes d'utilisation de ces ampules, pour redescendre ensuite à un niveau normal.

 

La question posée ici est donc de savoir si le fort champ magnétique dégagé par l'ampoule basse consommation pose problème, et si c'est le cas, que faire?

Une solution consiste à ne plus les utiliser. Une autre consiste à les placer loin des personnes (éviter d'installer des ampoules basse consommation sur les lampes de chevet ou de lecture).

 

Une chose semble certaine: ces ampoules ne méritent pas le terme de produit "écologique".

 

 

Compteur pour blog gratuit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.