Vincent_Aubry
Résistant en sursis dans un monde en sursis
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2021

Le fiasco PouleHouse

Vous avez certainement vu passer cette appel à l’adoption de 25 000 poules en région Bretagne, mais vous ne savez peut-être pas d’où elles viennent…

Vincent_Aubry
Résistant en sursis dans un monde en sursis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fabien Sauleman, président et fondateur de la start-up Poulehouse, ici dans un élevage partenaire à Poullan-sur-Mer © (Le Télégramme/Dimitri L’hours)


Et bien ce sont celles des 4 élevages partenaires de PouleHouse (PH) de la région. Cette start-up qui a bâti toute sa communication et sa stratégie commerciale sur le slogan « L’œuf qui ne tue pas la poule » est aujourd’hui en redressement judiciaire.
Le concept : les poules dites pondeuses ne sont rentables que jusqu’à 18 mois, c’est donc à cet âge qu’elles ne rapportent plus assez et qu’elles finissent vendues à l’abattoir. PH proposait de récupérer toutes ces poules de 18 mois pour les laisser vivre le reste de leur vie dans un refuge.

Mais avec ce redressement judiciaire, PH ne veut plus avoir ces poules à charge et ne peut même plus les nourrir. D’où cette opération de « sauvetage », en collaboration avec l’association « Les Caquetteuses », de 25 000 poules réformées à placer chez des particuliers, avec cette deadline du 31 décembre 2021. Ce que PH ne précise pas, c’est ce qui se passe après cette deadline. Pour les poules non adoptées, c’est direction l’égorgement.
L’info n’est pas donnée sur leur site (sur leur compte instagram ils ne parlent même pas du redressement judiciaire…), on ne l’apprend que dans une newsletter régionale L214 :

© L214

L’entreprise qui se vante d’avoir vendu 10 millions d’œufs depuis 2017 venait tout juste de récolter grâce à « une levée de fonds citoyenne, 1,2 M€ sur une plateforme en ligne » (1)
En gros, PH n’était là que pour recevoir l’argent, pour vendre, tout en demandant à des particuliers de financer leur boîte, mais aujourd’hui cet argent ne sort pas pour aider celles à qui appartiennent tous ces œufs vendus, les véritables productrices, les poules elles-mêmes. Et c’est encore à des particuliers qu’ils demandent de tenir leur engagement initial (« qui ne tue pas la poule »), particuliers qui vont eux acheter ces poules aux éleveurs, qui s’y retrouvent donc aussi.

On ne peut que constater que le refuge de 16 hectares acquis par PH, « La maison des poules », n’a donc jamais été viable, et que le devenir des poules n’a jamais été une priorité. Quand on veut réellement le bien-être des animaux, on ne fait pas du business sur leur dos avec de l’AgriWashing mensonger. Tout le contraire de ce qu’est l’Élevage donc.

C’est un des choix d’L214 que je ne peux pas pardonner. D’avoir offert de la promo gratuite à une start-up de l’esclavage animal (2), qui n’a jamais caché vouloir grossir, et qui aujourd’hui prouve que tout cela n’était qu’une mascarade.

Cette vaste campagne de sauvetage, « c’est toujours mieux que l’abattoir » me direz-vous peut-être. Sauf que c’était l’engagement sur lequel PH a fondé toute sa communication, et qui justifiait le prix plus élevé des œufs volés aux poules et vendus pendant 5 ans. Il est un peu fort aujourd’hui de faire tenir cet engagement par des particuliers qui n’ont rien à voir avec la start-up, et honteux de condamner à mort les poules délaissées après avoir vendu au prix fort (basé sur des mensonges donc) le fruit de leur exploitation, en ayant fait la propagande de l’inverse pendant des années…

Qui plus est, l'escroquerie est double puisque les oeufs sont vendus comme issus d'élevages "plein air", alors que depuis plus de 2 ans, ces poules n'ont jamais vu la couleur du ciel à cause des confinements liés à la grippe aviaire. Voici donc à quoi ressemblent les poules sorties de cette fameuse filière de "l'oeuf éthique" :

Poule sortie de l'élevage de Guémené-Penfao (44)

-
(1) https://www.letelegramme.fr/economie/en-redressement-judiciaire-cette-societe-met-25-000-poules-pondeuses-a-l-adoption-en-bretagne-06-12-2021-12882638.php
(2) https://fb.watch/9OTqQVLiVS/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt