Vincent_Bosc
Professeur d'Histoire-géographie musicovore.
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2020

Le masque et les plumitifs.

Le masque et les plumitifs…L'émission iconique du service public consacrée à la culture semble avoir de la concurrence. Ces jours-ci, virtuoses de la volte-face se sont succédés dans les tribunes de presse pour nous proposer un mauvais théâtre sur la question épineuse du port du masque dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Édifiant et dispensable.

Vincent_Bosc
Professeur d'Histoire-géographie musicovore.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le port du masque à l'échelle de tout un pays est inutile. C'est du moins ce que l'on s'est plu à raconter à longueur de tribunes de presse et d'interventions télévisées ces dernières semaines en France. De Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement à Marina Carrère d'Encausse en passant par Emmanuel Macron, Président de la République. Avec le concours de l'AFP et de certains journalistes sûrs de leur fait dans cette campagne de discrédit.

La réalité semble pourtant plus complexe. Alors que la Corée du Sud fait figure de bon élève dans la lutte contre le coronavirus à renfort de dépistages, l'utilisation d'un masque de protection semble s'imposer dans ce pays comme une solution complémentaire pour ralentir la propagation du virus.

Qu'à cela ne tienne, l'impréparation de notre pays et la relative condescendance d'une partie de ses élites vis à vis du continent asiatique nous empêchent de voir ce qui apparaît comme une évidence : le masque constitue un palliatif à ne pas négliger pour combattre la pandémie. De surcroît, dans un pays où les dépistages sont encore trop peu nombreux pour entrevoir la fin de la crise sanitaire. Au pays du matin calme, une véritable stratégie sanitaire a été mise en place pour limiter les pertes humaines et économiques et éviter ainsi le confinement. Les Sud-Coréens sont autorisés depuis février à se procurer jusqu’à deux masques par semaine en pharmacie, KF94 ou N95. Le rationnement est organisé, piloté par un pays rompu à la lutte contre les pandémies. En France, l'appareil productif peine à répondre à "l'effort de guerre" malgré les discours martiaux, volontaristes et incantatoires de la représentation politique.

Nulle pensée magique pour autant  : il est entendu que les masques ne sont pas tous à même de filtrer les agents infectieux. Néanmoins, dans le cas coréen, la réactivité des autorités conjuguée à une culture du masque ont fait leur travail. En effet, l’usage du KF94 s’inscrit dans une stratégie de distanciation sociale tandis que le N95 s'avère efficace pour filtrer microbes, bactéries et virus. L’association des deux types de masques donne ici des résultats probants. Alors que dire des mensonges et des discours d'infantilisation dans notre pays ? Est-il du devoir d'une animatrice du service public d’être solidaire d’une establishment imprévoyant et dépassé en mentant à ses téléspectateurs à dessein? Une porte-parole de gouvernement a t-elle vocation à surjouer l’ingénuité pour protéger « son Président » des mauvais procès et autres accusations?  
Les masques mis à la disposition des agents électoraux dans les bureaux de vote lors du premier tour des élections municipales du dimanche 16 mars 2020 ne sont-ils pas la démonstration de cette tartufferie politico-médiatique?

Ces questions ne peuvent rester sans réponses. L’Union Nationale prévaut dans l’immédiat mais il sera bientôt temps d'aborder les sujets qui fâchent : les conséquences désastreuses des politiques publiques adoptées dans le domaine de la santé ces trente dernières années, les effets pervers de la division internationale des processus productifs dans certains secteurs stratégiques, la sécession des élites, la collusion partielle des systèmes médiatiques et politiques, l’omniprésence et l’omnipotence de la communication dans l’exercice du pouvoir...

"La grosse erreur aux Etats-Unis et en Europe, à mon avis, c'est que les gens ne portent pas de masques", déclarait le chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, le 27 mars au magazine Science. © Vincent Bosc

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement