vincentpecoil
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2015

A propos de l'article d'Antoine Perraud sur Nicolas Bourriaud

vincentpecoil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après s’être interrogé sur un possible « sale tour de la monarchie culturelle » le 03 juillet, voilà que Mediapart publie le 09, par l’intermédiaire d’Antoine Perraud, un article qui s’apparente à une justification du sale tour en question.

J’adorerais que la rigueur que s’imposent les journalistes de Mediapart dans d’autres domaines s’applique aussi à celui des arts plastiques. Je pensais être préservé, sur ce medium, des élucubrations vaseuses qu’on peut lire dans certains quotidiens, mais je vois que ça n’est pas le cas. J’en suis attristé, car cet article n’est pas sérieux.

Les sous-titres (« Tralala bling bling », « Faux nez du marché »), le ton de procureur dont chacun peut apprécier la mesure et la délicatesse (Nicolas Bourriaud est « bateleur et passe-plats » de Ralph Lauren ; doté certes d’un « culot d’acier », mais au service des plus exorbitantes prétentions, comme celle de faire sourdre de sa « vibrionnante » personne « la lumière après les ténèbres » pour en aveugler l’établissement, quand du moins il n’est pas trop accaparé par sa pratique du « bonneteau » mystificateur…), font de ce papier un réquisitoire fondé sur ce qui a tout l’air d’une inimitié personnelle, en aucun cas une enquête. Ou alors celle-ci est menée exclusivement à charge, et repose sur des bases déontologiques limites : une discussion avec 2 enseignants et l’observation d’un panel de 12 étudiants, c’est tout de même un peu court pour aboutir à cette description quasi-apocalyptique (un « pandémonium ») d’une école dévastée par les forces obscures du « marché », description faite en des termes qui ne dépareilleraient pas dans la revue « Artension ». « Le marché qui menace (…) le pluralisme de l’art actuel », voilà une affirmation que je serais curieux d’entendre développée car pour ma part, je ne vois pas que l’art actuel soit plus ni moins pluriel qu’il y a 10, 20, 30 ou 50 ans. A ce propos j’aimerais renvoyer à la réflexion d’Elisabeth Lebovici sur la schizophrénie (ou « double bind ») d’un certain nombre de commentateurs et de décideurs culturels sur leur rapport à l’argent dans un post de blog sur le même sujet disponible ici :

http://le-beau-vice.blogspot.fr/2015/07/ensba-debut-dune-lutte-prolongee.html

On peut bien évidemment regretter le « désengagement de l’Etat » d’établissements publics comme l’ENSBA (désolé pour l’ « acronyme idiot », mais ça va plus vite à écrire, vous avez remarqué ?), les centres d’art ou les musées. Par contre il me paraît injuste de reprocher à celles et ceux qui ont la charge de faire fonctionner les-dits établissements d’appliquer les lois des andouilles qui les décrètent.

L’article de Perraud n’est pas dénué d’informations cependant, puisqu’il permet de comprendre que son rédacteur est un être humain qui a des amis, lui aussi : notamment  Yves Michaud et deux professeurs sur la bonne cinquantaine qui enseignent à l’Ecole, ce qui n’est pas rien. La prise de conscience de cette humanité pourrait aider M. Perraud à relativiser certaines de ses assertions, comme celle qui attaque la nomination par Bourriaud de « suppôts » (sympa pour eux) tel Jean-Luc Vilmouth, forcément un être maléfique lui aussi. Est-ce que vous avez déjà vu un directeur ou une directrice d’école d’art en France user de son influence pour recruter des professeurs qui ne peuvent pas les sentir ? Ca doit être bon pour la collégialité, sûrement.

Le manque de mesure et de discernement propre à ce papier est manifeste également dans l’emphase avec laquelle il rend compte de la réunion des délégué-es étudiant-es : « Dans l’amphithéâtre d’honneur, impression d’assister à l’an I de la démocratie aux Beaux-Arts de Paris. Avec ces fusées ou ces ornières qui, depuis 1789, caractérisent de telles sessions où se mêlent l’action, la réflexion, le possible et l’utopie. » Ah, le souffle épique de l’Histoire ! C’est beau comme du Guaino. Mais étrangement, si l’on se remémore l’expérience qui consiste à avoir été délégué dans un conseil de classe ou d’établissement, on peut être plus circonspect sur les effets émancipateurs qu’on est en droit d’attendre de ce genre de réunion. Ce à quoi il faut s’attendre maintenant, c’est surtout à quelques mois d’une belle pagaille, et en définitive à un gâchis lamentable. La seule chose dont on pourrait à la limite se réjouir est que cette histoire serve d’analyseur du « double bind » évoqué avant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles