Violaine Jaussent
Journaliste à Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 mai 2010

Rencontre avec Ara Güler, "l'oeil d'Istanbul"

Incontournable en Turquie, Ara Güler a aussi sa place dans l'histoire mondiale de la photographie. À 81 ans, il a conservé un caractère bien trempé, et évoque avec nostalgie la ville qu'il a le plus photographiée, Istanbul, dans les années 1950 et 1960.

Violaine Jaussent
Journaliste à Mediapart

Incontournable en Turquie, Ara Güler a aussi sa place dans l'histoire mondiale de la photographie. À 81 ans, il a conservé un caractère bien trempé, et évoque avec nostalgie la ville qu'il a le plus photographiée, Istanbul, dans les années 1950 et 1960.


Ara Güler a travaillé pour l'agence Magnum pendant plusieurs années.

« Attention, il a du caractère ». On m'avait prévenue. Ara Güler répond aux interviews au gré de ses humeurs. En dépit de cet avertissement, j'ai persisté pour le rencontrer. Il faut l'approcher avec douceur, presque l'apprivoiser. Jeudi 29 avril, en début d'après-midi, avec l'aide et les conseils d'Anne Potié, directrice de l'Institut français d'Istanbul, j'ai pu interviewer « l'œil d'Istanbul ».

Pour rencontrer Ara Güler, pas la peine de prendre rendez-vous par téléphone. Le photographe stambouliote passe une grande partie de ses journées au Ara Kafe, à l'angle d'Istiklal Caddesi, la plus grande rue commerçante d'Istanbul. Le café lui appartient, même si il ne s'en occupe plus. Et il lui est dédié : sur les murs, ses plus célèbres photographies sont accrochées.

Avec un peu de retard, il arrive et s'installe à notre table. Lorsque Ara Güler pose son objectif sur des moments de vie, il le fait avec précision. Un regard incisif qu'on retrouve dans sa personnalité. « Je ne suis pas photographe, je suis journaliste », martèle-t-il dès la première question.

Le ton est aussi direct lorsque j'aborde le sujet de l'évolution d'Istanbul depuis les années 1950. « Aujourd'hui, les habitants sont tous des idiots. Istanbul est morte. La ville a perdu son esthétisme, les constructions sont dégueulasses, lâche-t-il en français. Et il n'y a pas de retour en arrière », conclut-il avec amertume.

Pour preuve, il prend un de ses livres sur une étagère du café, et me montre un village de pêcheurs qui n'existe plus aujourd'hui. Il feuillette lentement le livre. À chaque page tournée, il hausse les sourcils, plisse le front. D'autres photographies d'immeubles apparaissent. Ara Güler parle de cette architecture qui a disparue, remplacée par les habitations construites à la va-vite pour les immigrés arrivés dans les années 1960.

Le photographe d'Istanbul parle peu, mais choisit ses mots avec précaution. Son regard s'anime et ses yeux pétillent. Plongé dans le passé, il raconte ce qu'il a voulu montrer. « Là c'est Istikklâl en 1962 », pointe-t-il du doigt. J'ai en face de moi un vieux monsieur, dégarni, les cheveux blancs. Pourtant c'est le photographe vif et enthousiaste âgé d'une trentaine d'années que je vois. Un homme qui ne trouve pas sa place dans le XXIe siècle. « Istanbul n'est plus ce qu'elle était. Je deviens fou dans ce qu'elle est devenue ».

A lire aussi sur www.esjistanbul.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy