Virgil Brill
Rêveur d'images
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

3 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2019

LETTRE OUVERTE A MADAME LA PREMIERE MINISTRE DE NOUVELLE ZELANDE

La solidarité avec les musulmans ne peut s’exprimer en cautionnant les signes de l'intégrisme musulman et de l’islamisme car elle trahit alors la cause des citoyens de foi et de culture musulmane qui luttent en tous les endroits du monde contre l’oppression exercée par l’islamisme sexiste et liberticide, pour la liberté de conscience et l'émancipation

Virgil Brill
Rêveur d'images
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je publie ici une Lettre Ouverte adressée à Mme Jacinda Ardern, Première Ministre de Nouvelle Zélande,  qui peut être signée par toute personne se sentant concernée. Monique Plaza l’introduit par quelques lignes.


——

Contrairement à ce qu’affirme une abonnée de Mediapart, Gabrielle Teissier K, cette Lettre Ouverte signée par de nombreuses personnes de confession et de culture musulmane, n’est en rien une «pétition anti-Musulmans». Il faut vraiment l’avoir lue de travers, avec un prisme extrêmement déformant, ne pas maîtriser la différence entre islam et islam politique,  ne pas s’intéresser aux combats menés  par des femmes et des hommes musulmans contre l’intégrisme et l’extrémisme dans les pays musulmans,  les théocraties islamiques et  les pays occidentaux, il faut tout ignorer de l’existence et des fondements de l’islamisme,  pour oser écrire un propos si éloigné  de la réalité qu’il en devient diffamatoire (Monique Plaza)


VOICI CETTE LETTRE
———————
 

Madame,

Nous souhaitons vous adresser, ainsi qu’à vos compatriotes, nos plus sincères condoléances à la suite de l’attentat terroriste de Christchurch. Ayant subi comme tant d’autres pays plusieurs attaques terroristes qui nous ont endeuillés, nous comprenons d’autant plus vivement le choc que vous avez éprouvé. Nous vous assurons de notre soutien face à la violence qui a frappé votre pays et qui a suscité une vague d’indignation dans le monde entier.


Nous avons en revanche été perplexes devant vos réactions à ce drame. En effet, vous avez choisi d’exprimer votre compassion pour les victimes de confession musulmane en portant un hijab, ce qui vous a valu une couverture médiatique mondiale de grande ampleur, dont il faut remarquer qu’elle est certes composée de réactions de louanges, mais également de sursauts d’incompréhension et de désolation.
Comme l’ont noté nombre de personnes de culture ou de foi musulmane avec surprise, regret et même amertume, vous avez choisi de symboliser, représenter et incarner la religion musulmane par un voile dit islamique qui est en fait un symbole prosélyte d'infériorisation, marquant les femmes qui vivent dans des pays et des communautés régis par l’islam politique.


Nous comprenons que pour mieux exprimer votre solidarité avec les musulmans et envoyer un signal fort à la communauté musulmane de Nouvelle Zélande, vous ayez voulu produire un geste spectaculaire. Mais pourquoi ne pas l’avoir fait en votre nom, culture et qualité propres, à titre d’être humain solidaire de ses frères et sœurs humains? Pourquoi avoir manifesté votre empathie en couvrant vos cheveux d’un hijab dont le sens est fondamentalement liberticide et sexiste, comme le démontre avec un triste éclat le sort des femmes iraniennes, afghanes ou saoudiennes contraintes de porter ce carcan et qui subissent le fouet et la prison quand elles le refusent?


Comment oublier les assassinats de triste mémoire, les attaques au vitriol des femmes musulmanes défigurées à vie parce qu’elles avaient refusé le voile? Pendant que toutes ces femmes musulmanes combattent ce qui est de fait un dispositif d’oppression, vous affirmez à la face du monde entier la haute valeur symbolique du voile islamique, comme s’il était le représentant de la religion musulmane. Ainsi, ces combattantes de la liberté se voient désavouées dans leur combat par une responsable occidentale d'un gouvernement   exhibant l’instrument de leur oppression. Ce hijab choque également les personnes musulmanes qui tentent de réformer et de séculariser leur religion en la dissociant de l’islamisme politique, et les ex musulmans persécutés pour avoir apostasié, qui sont menacés de mort, vivent protégés et cachés, et luttent courageusement pour le droit à la liberté absolue de conscience.


Cruel symbole: pendant que vous, femme occidentale bénéficiant des droits accordés aux femmes sous nos cieux, vous portez un hijab et êtes encensée et proposée pour le prix Nobel de la paix, une avocate iranienne, Nasrin Sotoudeh, est condamnée de façon inique à 33 années de prison et 148 coups de fouet pour avoir défendu le droit des femmes iraniennes de refuser le hijab. Nous comprenons à quel point la situation, et votre position, sont difficiles. Mais vu la notoriété que vous avez acquise après les attentats de Christchurch, nous vous exhortons  respectueusement à mesurer les effets que vos actes peuvent avoir sur des millions de personnes.

http://petitionnouvellezelande.e-monsite.com/#vWCslzMQ1g3ie1er.99

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois