Découverte des numéros : Virus Hurlant n°6 Spécial Festivals et Cultures confit(e)s

Cette semaine, en attendant le VH7 de demain, découvrez chaque jour deux numéros de Virus Hurlant. Ce soir, le VH6 : spécial Festivals et Cultures confit(e)s !

Retour sur le numéro 6 paru le vendredi 24 avril 2020 : sixième semaine de confinement Spécial Festival et Cultures Confit(e)s !

- Dis Papa, c’est drôlement bon la boîte que tu as ouverte ce soir, c’était quoi comme canard ?
- T’es pas difficile, toi. C’était du confit de canard, monsieur !
- Ah, et comment on fait ça ?
- Bah, c’est pas compliqué, il te faut un beau canard bien engraissé. Tu vois : de ceux qu’on a préparé pour le foie gras, avec un bon long gavage. Tu lui découpes les cuisses et les manchons et tu les fais bien suer avec de la graisse et du gros sel. Ensuite, tu les laisses gentiment se confire et pour les conserver, il te faut les recouvrir de graisse et les compacter dans une boîte ou un bocal hermétique.
- Ah ouais… C’est quand même pas évident.
- C’est pour ça qu’on achète des boîtes. Et dis-donc t’avais pas un rendez-vous sur Internet toi ?
- Ah merde, oui c’est l’heure.
- C’est quoi ?
- C’est un concert confiné !
- Un concert confiné, mais comment on fait ça ?
- Bah, c’est pas compliqué. Tu vois, il te faut un bon groupe de musicos de ceux qu’on a gavé pendant plusieurs semaines avec des reports multiples de tournées. Une fois le band prêt, tu vérifies bien qu’il soit démembré : le guitariste confiné à Paris, la bassiste en banlieue nord, le batteur en forêt de Brocéliande et le chanteur de retour chez ces vieux. Ensuite, tu les laisses suer tranquillement dans un discours de Franck Riester et enfin t’as plus qu’à les conserver devant un écran et normalement t’obtiens un concert confiné.
-Ah ouais, en gros c’est de la culture confite, ton truc ?
-Bah ouais ! Mais, c’est comme ton canard, ça peut donner des trucs chouettes !

Appuyez sur l'image ci-dessous pour accéder à la lecture en ligne du numéro 6.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.