COVID 19, Les chiffres de l’INSEE parlent d’eux-mêmes.

Alors que la première vague de décès en mars avril 2020 était supérieure de 26 % par rapport à 2019, la deuxième vague ne l'est plus que de 1 %.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487861?sommaire=4487854#graphique-figure4_radio1

Tous les mots en italiques sont tirés de l’insee en date du 2 octobre.

L’insee indique que le nombre de décès en France entre le 1er mars et le 30 avril 2020 est supérieur de 26 % à celui enregistré à la même époque en 2019.

Au 2 octobre, l’institut indique que les décès imputés à covid 19 entre le 1er mai et le 21 septembre ont augmenté de 1% par rapport à 2019.

Résumé :

« Première vague » : augmentation des décès de 26% par rapport à 2019.

« Deuxième vague » : augmentation des décès de 1% par rapport à 2019.

Si le nombre de décès augmente globalement en France de 1 % sur la période du 1ᵉʳ mai au 21 septembre 2020 par rapport à la même période de l’an passé, la hausse ne concerne en fait que les personnes âgées de 65 à 74 ans (+ 4 %). Le nombre de décès est globalement stable pour les 75 ans et plus (+ 0,5 %). Il diminue chez les moins de 65 ans, en particulier chez les plus jeunes. L’évolution est de - 8 % chez les jeunes de moins de 25 ans et de - 4 % pour les personnes âgées de 25 à 49 ans. Une baisse est également constatée chez les 50-64 ans (- 1,5 %).

Conclusion : au 21 septembre, les décès des personnes de plus de 65 ans continuent d’augmenter entre 0,5 % et 4 %. Par contre ceux des autres tranches d’âge diminuent de – 1,5 % à – 8 %.

Ou est donc la très médiatisée deuxième vague de décès qu’on nous promet en France depuis la rentrée de septembre ?

On pourrait même douter de la pandémie meurtrière des mois de mars et avril par rapport aux chiffres annuels de la grippe :

https://blog.insee.fr/mourir-de-la-grippe-ou-du-coronavirus-faire-parler-les-chiffres-de-deces-publies-par-linsee-avec-discernement/

Il faut d’abord avoir en tête quelques ordres de grandeur : en France, le nombre de décès annuel est de 600 000, soit 1 650 en moyenne par jour. [...] Le nombre de décès journaliers est en général compris entre 1 500 en été et 1 800 en hiver, mais il peut dépasser 2 000 lors des pics de grippe saisonnière (comme en janvier 2017, avec 2 200 décès par jour en moyenne).

Entre le 1er mars et le 30 avril 2020, 129 678 décès ont été enregistrés en 2020 en France (soit une moyenne de 2 126 décès par jour). 

La moyenne des décès par covid 19 en mars-avril 2020 (2 126) est donc même au-dessous de la moyenne des décès par grippe en 2017 (2 200) !

Concernant l’épidémie de grippe hivernale 2019-2020, il n’a pas été observé d’excès de mortalité toutes causes confondues jusqu’au début du mois de mars (cf. Santé publique France). La « clémence » de la grippe saisonnière – les mois de janvier et février 2020 sont des points bas de mortalité – a épargné des personnes très fragiles, ce qui a sans doute accru la population à risque face à cette épidémie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.