VivaZapata
Informaticien, futur retraité, insoumis
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2017

Le manque d'humanité du maire de Thyez (74)

En plaine canicule un maire décide, contre l'avis du sous-préfet de faire démonter les bornes à incendie pour priver d'eau un campement de gens du voyage, privant des êtres humains du bien le plus précieux sur cette terre. Sans parler du danger que cela représente pour les riverains, sans borne à incendie les pompiers devraient utiliser des citernes en cas de sinistre.

VivaZapata
Informaticien, futur retraité, insoumis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis le 22 juin, un campement des gens du voyage est privé d'eau sur intervention du maire de Thyez en Haute-savoie, malgré l'intervention de riverains, de militants de la France Insoumise, de représentants de "Eau bien commun", ce dernier ne veut rien entendre, à 2 reprises il a fait intervenir les techniciens de "Suez" accompagnés de gendarmes pour dans un 1er temps couper l'eau des bornes incendie avoisinantes et le lendemain faire démonter les vannes car l'eau avait avait été rétablie sur une des bornes. Malgré une entrevue avec le sous-préfet qui a assuré les militants de tout faire pour convaincre le maire de revenir sur sa décision, ce dernier en rajoute une couche par une interview à une radio locale (radio mont-blanc) expliquant que "ces gens peuvent aller chercher de l'eau dans un ruisseau proche ou dans l'Arve (qui coule à 1,5km de là), et que après la coupure d'eau ce sera la coupure d'électricité, puis l'épandage de purin...". voir le lien ici.

Ci-dessous le communiqué publié par le comité de défense :

THYEZ et les gens du voyage par un groupe de citoyens de Thyez ,

des environs et des militantes et de militants de « La France Insoumise »

Depuis Mercredi 21 Juin un groupe d’une quarantaine de caravanes de gens du voyage stationne sur un terrain communal  situé entre l’avenue des vallées et l’impasse des coquelicots,  car le terrain municipal dédié aux gens du voyage est plein. Ce groupe de voyageurs, nous précisons sans aucune dégradation  (contrairement à  ce qui été avancé par la radio Mont blanc), c’est branché sur la borne incendie pour pouvoir se fournir en eau.                            

                            Des jeudi 22 Juin en tout début de matinée, Le maire de la commune, appuyé par la gendarmerie et un employé de la société Suez, a pris la décision de faire fermer tous les accès à l’eau sur ce terrain et cela en pleine alerte canicule sur plusieurs départements français. Deux dangers : les gens du voyage qui ne peuvent plus s'hydrater et les habitants du lotissement,  en cas d'incendie, ne pourrons pas être secourus.

                            A l’appel d’un voisin du terrain indigné par cette situation une délégation de Thylons et de militantes  et  militants de la France Insoumise ont pris la décision de demander une entrevue avec Monsieur le Sous Préfet à  Bonneville . Celui-ci a accepté de nous recevoir et  nous a assuré qu’il appellerait Mr Catala le maire de Thyez pour lui demander quelles solutions il envisageait pour résoudre cette situation. 

                            Ensuite nous nous sommes rapprochés de ce groupe de voyageurs pour connaitre leur situation. Eux même nous ont indiqué qu’ils se conformeraient aux décisions de justice en cas d’ordonnance d’expulsion. En attendant ils ne demandent qu’un accès à l’eau,  qui est un droit fondamentale, et l’installation d’une benne à ordures afin de maintenir l’hygiène des lieux et nous assurent être prêts à régler le montant de ces services. 

                            Nous avons contacté des militants de la « coordination Eau Bien Commun France » qui nous ont assuré de leur soutien et qui nous ont confirmé que d’interdire l’accès à l’eau était un délit. 

Le droit à l’eau est un droit constitutionnel fondamental.

                             Le Vendredi 23 Juin (Alors que l’eau avait été rétablie entre temps sur au moins une des bornes) une dizaine de gendarmes, la police municipale et un employé de l’entreprise Suez, sur ordre du Maire, coupaient l’eau aux bornes à proximité du champ en enlevant des vannes qui pouvaient permettre la remise en fonction.

                            Nous sommes indignés de la situation qui est faites à ces personnes et qui privilégie une réaction brutale plutôt qu’un dialogue constructif qui malgré toutes les difficultés inhérentes à ces situations ne peuvent qu’amener plus de violences dans les relations avec ces citoyens vivant sur le territoire français qu’ils soient français ou non. Pour l’instant ce groupe n’a pas d’eau et, sur les ondes de radio Mont Blanc, monsieur le Maire fait des déclarations honteuses leur proposant d’aller chercher à boire dans le ruisseau et leurs promettant, un épandage de purin pour les chasser. 

Où sommes-nous ? Dans un état de droit ? Ou dans une situation où toutes les violences sont permises. Il s’agit d’une atteinte aux droits humains. Ces propos sont outranciers et scandaleux, et mérite notre réaction et notre solidarité indignée.

Une chaine de l'eau a été mise en place par des gens de bonne volonté, chaque jour des volontaires apportent des bidons et des bonbonnes sur le campement en attendant qui l'eau soit rétablie. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier