Linden Blossom : HOMMAGE A MA SOEUR NOIRE JOUANT UN IMPROMPTU DE SCHUBERT

Lorsque tes mains, colombes sonores arrachaient au clavier ...

HOMMAGE A MA SOEUR NOIRE

JOUANT UN IMPROMPTU DE SCHUBERT,

" Lorsque tes mains, colombes sonores arrachaient au clavier

Mes battements de coeur,

Lorsque tes doigts vibrants m'ouvraient l'espace alaire

Offrande de lumière en ma chair engravée,

Et que mon innocence au ciel indéchiffré te dressait des autels,

Quand ton poignet flexible (point vélique) sur le signe connu

Refermait ma mémoire murmurante et nue,

Moi, courant par ces jardins de rêve,

Au cœur de TOUT,

Au cœur de RIEN,

Me définissais...

Alentour, des vétérans ansés d'inutiles ailerons parlaient la langue

de la terre.

Leurs ports gourds,

Des seillons du terroir chantaient le mal joli.

L'aigre vin de cerneaux enfleurait la maison.

Des femmes aux voix de cendres ravaudées tissaient lin, et chanvre, et...Vie. 

Chaloupaient les châteaux dans leur gloire,

ET chaloupait la Loire lorsque tu chaloupais des hanches...

Toi, lascive cariatide d'un vitrail païen,

Toi, proche à mêler nos souffles, sans mêler nos secrets,

Vestale du feu sacré qui me brûlait les os,

De ma vie balbutiante tu fus hampe et miroir...

De cet ailleurs sans visage où tu vis désormais,

J'entends toujours bruire ton âme à mes cotés…

Linden BLOSSOM

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.