Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

594 Billets

6 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2018

Emile Servan-Schreiber, spécialiste de l’intelligence collective

Il est désormais établi scientifiquement que des cerveaux humains, en s'assemblant, peuvent produire une intelligence supérieure.

Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous vous présentons ici un premier billet portant sur l’intervention d’Emile Servan-Schreiber, spécialiste de l’intelligence collective et des marchés prédictifs, intitulée « La force de l’intelligence collective ».

L’ intelligence collective illustrée par les termites qui ont construit ces « cathédrales » – licence ouverte CC Wikipedia [pour comprendre, écouter le podcast en haut de cet article]Il est désormais établi scientifiquement que des cerveaux humains, en s’assemblant, peuvent produire une intelligence supérieure. Mais comment se construit cette intelligence collective ? Quelles sont les recettes pour fabriquer un groupe intelligent ? Et comment le faire à grande échelle ? Emile Servan-Schreiber a partagé lors de cette matinée les « ingrédients » pour y parvenir.

Ecoutez en tête de cet article ou sur notre chaîne iTunes le podcast de son intervention, dont nous retraçons les grandes lignes dans cet article.

Le cerveau collectif a un QI, on peut le mesurer, mais d’où vient-il ? 

Un groupe est-il intelligent parce qu’il y a des gens intelligents dans le groupe ? Cela pourrait paraître évident. Mais non … Selon une étude menée par le Massachusset’s Institute of technology sur l’intelligence collective (qui dispose depuis quelques années d’un centre de recherche sur l’intelligence collective), l’intelligence d’un groupe ne serait pas déterminée par le degré d’intelligence de ses membres et la somme des intelligences individuelles, mais par la sensibilité aux autres (communication non-verbale), et l’équité dans la prise de parole, qui tiennent un rôle capital. Les femmes enregistrant dans ces domaines un score bien supérieur à celui des hommes … c’est dans les groupes où le nombre de femmes est le plus important que les scores sont les meilleurs.

Parallèlement, une étude réalisée par l’Observatoire de la féminisation dans les entreprises en 2016 constate également que les entreprises qui ont un encadrement plus féminisé ont tendance à avoir une meilleure rentabilité opérationnelle 

L’intelligence rationnelle d’un groupe dépend de l’intelligence émotionnelle du groupe.
Les femmes enregistrant dans ces domaines un score bien supérieur à celui des hommes, c’est dans les groupes où le nombre de femmes est le plus important que les scores sont les meilleurs (source : MIT).

L’intelligence collective repose sur deux grands principes : le nombre fait la force, et il est très important de l’organiser

Toutes les technologies des vingt dernières années (email, web, téléphones portables, réseaux sociaux, traduction automatique, etc.) ont rapproché les cerveaux et densifié le réseau des intelligences connectées. La bande passante entre nous est devenue énorme. Cela nécessite de s’organiser, et de suivre des règles et des recettes, car bien sûr « les foules ne sont pas intelligentes spontanément ». Emile Servan-Schreiber synthétise plusieurs décennies de recherche autour de 4 ingrédients :

  • Il faut beaucoup de diversité de points de vue, des modèles mentaux différents : ceci s’appuyant sur la diversité ethnique, mentale, de formations, de territoires, etc. Les connaissances de chacun vont s’additionner, mais les biais individuels de chacun, à travers la confrontation, vont s’annuler. Plus on est, meilleur on est
  • Il faut  beaucoup d’indépendance d’esprit : il est indispensable d’encourager les points de vue originaux, l’anticonformisme. L’expression de points de vue opposés va nous rendre plus intelligents tous ensembles, et encourager la contribution utile
  • Il faut  récolter beaucoup d’informations sur le terrain
  • Il faut, et ceci est très important bien sûr, agréger tout cela de façon objective, par des méthodes algorithmiques les plus objectives possibles pour agréger l’ensemble des informations produites.

L’expertise ne fait pas partie de la liste. En effet, ces ingrédients s’appliquent aussi bien à des novices qu’à des experts. On peut en effet compenser le manque d’expertise par la diversité. Si on prend beaucoup de personnes qui ne sont pas expertes, on arrive à fabriquer l’équivalent d’un expert (Emile Servan-Schreiber cite l’exemple de 14 étudiants en droit qui ont réussi à faire aussi bien que le jugement d’un avocat très expérimenté !). Avec les plateformes numériques on sait faire cela aujourd’hui.

On peut ainsi remplacer une expertise très pointue par beaucoup d’expertises plus diffuses et obtenir des résultats souvent meilleurs qu’avec une expertise unique.

L’intelligence collective est au service de la prévision et de l’innovation dans les entreprises

L’intelligence collective sert à améliorer les deux fonctions principales du cerveau qui sont la prévision et l’innovation.  Elle doit rendre les entreprises plus intelligentes parce qu’elles seront plus créatives en impliquant davantage de personnes dans les réflexions.

Il est établi que les entreprises les plus innovantes dans le monde ne sont pas celles qui dépensent le plus en innovation, mais celles qui impliquent le plus d’employés dans l’effort d’idéation pour trouver de nouvelles idées.

Personne individuellement n’est capable de faire systématiquement de bonnes prévisions. En revanche, Emile Servan-Schreiber observe depuis une vingtaine d’années que tous en même temps, nous sommes capable de faire de très bonnes prévisions, à condition d’agréger les prévisions de tous. Appliqué au business, il relève que systématiquement, lorsque de nombreuses personnes sont impliquées dans l’effort de prévisions (par exemple pour prédire des chiffres de vente, le nombre de produits vendus, etc.), et dès qu’il s’agit de nouveaux produits, donc des domaines où il n’existe pas ou peu de données à analyser, la multitude des prévisionnistes obtient des résultats qui sont 3 fois sur 4 meilleurs que ce qui est obtenu avec des méthodes classiques, et jusqu’à 21% plus précises en moyenne.

Les big datas sont importantes, mais encore faut-il qu’il y ait des datas, et qu’elles soient pertinentes. Et dans de nombreuses de situations, elles ne sont pas encore là, ou bien sont floues, déstructurées, et ne peuvent être rentrées dans les machines. Dans ces cas-là,  l’intelligence collective a son rôle à jouer bien plus que les machines.

A l’ère de la superconnexion, où nous connaissons une formidable accélération des échanges, où nous pouvons nous connecter avec n’importe qui, instantanément, et de plusieurs manières, la bande passante est devenue énorme. Le rapprochement des cerveaux a densifié le réseau des intelligences connectées. Le moteur de recherche Google, qui ne fait que suivre des liens qui ont été décidés et construits par des webmasters humains, et  Wikipedia, encyclopédie collaborative, sont de purs produits de l’intelligence collective. Nous voici maintenant à l’heure de l’intelligence « super-collective ». La question est maintenant de savoir comment se « super-organiser » dans nos entreprises pour devenir super-intelligents.

Ecoutez en tête de cet article ou sur notre chaîne iTunes le podcast de cette intervention d’Emile Servan-Schreiber lors de l’Université d’été de GS1 France.

De prochains billets présenteront les autres interventions de la 13ème édition de l’Université d’été de GS1 France. 


Le prochain livre d’Emile Servan-Schreiber
Supercollectif. La nouvelle puissance de nos intelligences
sera publié par Fayard le 24 octobre.

LA FORCE DE L’INTELLIGENCE COLLECTIVE – EMILE SERVAN-SCHREIBER @GS1FRANCE was last modified: by Isabelle Lefaucheu

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI