Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

623 Billets

6 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2022

L’urgence d’une intermédiation efficace s’émanciper sans s’étriper...

Participatif, Convivialisme, Musique, Philosophie & 4ème dimension (Herz und Mund und Tat und Leben (Le cœur, et la bouche, et l'action, et la vie) (BWV 147) est une cantate de Jean-Sébastien Bach jouée à Leipzig le vendredi 2 juillet 1723 qui peut nous servir de fil conducteur...

Vivre est un village
Consultant en système d'information honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://convivialisme.org/wp-content/uploads/2021/04/moderantisme_radical_2021-04.pdf

Avant-propos

C’est sans doute assez présomptueux,  mais au vu de l’exacerbation croissante des polémiques actuelles sur l’islam, le décolonialisme, la cancel culture, le féminisme radical, la laïcité, etc. il m’a paru urgent (d’où,  d’ailleurs, le titre que j’ai choisi) de publier cet appel à un modérantisme radical.

Pour le sortir chez un éditeur et accéder aux librairies  il m’aurait fallu attendre au moins six mois,  ou, plus vraisemblablement neuf à douze. 


Or, je pense que l’élection présidentielle (et, avant elle, les régionales) ont de bonnes  chances de se polariser sur ces thèmes.


Ce qui est présomptueux c’est de croire  qu’un appel au calme lancé par moi puisse avoir le moindre effet.

Mais sait-on jamais ? 
 
Les voies du cheminement des idées sont  encore plus impénétrables que celles du  Seigneur.

J’ai donc choisi d’utiliser la facilité  que m’offre la décision prise il y a un an par  la Revue du MAUSS de créer une collection, « Les Extras du MAUSS », vouée à accueillir  des livres que les éditeurs ne voudront pas  prendre le risque financier de publier mais qui nous semblent pourtant mériter de l’être. 


Ces ouvrages, n’étant pas diffusés par les diffuseurs habituels, ont peu de chances de se  trouver en librairie, mais il est possible de les commander sur le site www.revuedumauss.com, et maintenant également via celui des 
éditions Le Bord de l’eau.


Comme j’aimerais que les idées défendues ici puissent circuler rapidement, j’ai voulu que la version numérique de cet ouvrage soit en accès gratuit sur le site du MAUSS (www.journaldumauss.net) et sur celui du convivialisme (www.convivialisme.org ).

Les lecteurs qui préfèrent lire sur papier trouveront sur ces sites le lien permettant de passer commande.

Introduction

Voilà à peu près où nous en sommes en France comme dans un nombre croissant de pays, aux États-Unis par exemple : plus personne n’écoute ou ne croit en personne en dehors de ce que les sociologues appellent son ou ses groupes d’appartenance.

Groupes d’appartenance qui sont autant de groupes de croyance.

Chacun de ces groupes dispose en effet de ses propres canaux d’information et de discussion exclusifs, pour l’essentiel des réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat, etc. Seuls eux sont censés dire la vérité.

Les autres groupes d’appartenance et de croyance, et notamment les media nationaux, de plus en plus, on les ignore ou on les hait.

Les groupes d’appartenance et de croyance se transforment ainsi en groupes de colère et de détestations partagées. 


Cette coalescence des groupes d‘appartenance, de croyance et de détestation n’est pas seulement le fait des classes dites populaires, et tout aussi aisément dites « complotistes », face aux «élites » ; ou des bandes de jeunes qui s’affrontent, jusqu’à la mort parfois, pour un oui, pour un non, pour le seul plaisir d’apparaître héroïques sur les réseaux sociaux.

Entre intellectuels, entre membres du showbiz, entre sympathisants politiques également (l’affrontement entre supporters de Trump ou de Biden a été de ce point de vue exemplaire), on reste largement dans l’entre-soi, et le ton et la violence montent jour après jour.

Partout, de plus en plus, on n’existe qu’en participant à la dénonciation et à la stigmatisation d’adversaires le plus souvent largement imaginaires et inventés pour les besoins de la cause (mais qui, bien sûr, du coup le deviennent réellement). 


Comment les démocraties pourraient-elles survivre longtemps à cette dislocation multidimensionnelle de l’espace public ? 
D’où vient-elle ?

On n’en finirait pas d’analyser les causes de cette explosion d’un monde qui devrait être en principe commun au moins à tous les habitants d’un même pays.

Pour ma part, j’en vois deux séries principales qui entretiennent entre elles des liens aussi paradoxaux qu’étroits. 


La première tient à l’hégémonie désormais mondiale du néolibéralisme.

Celui-ci repose sur le postulat que la société n’existe pas (there is no such thing as society, comme l’exprimait si clairement et radicalement Margaret Thatcher), qu’il n’y a que des individus (et leur famille), et que le seul mode de relation possible et souhaitable entre eux est la concurrence généralisée de tous contre tous.

Ce postulat est devenu la norme universelle.

Il plonge les individus en question, ainsi principiellement désocialisés, dans une désolation ou dans un désarroi sans fond, qui ne trouvent comme remède que le refuge dans la famille et dans les groupes d’appartenance.

Groupes d’appartenance euxmêmes en concurrence avec tous les autres, et 
donc de plus en plus haineux( Bien sûr, je force le trait, mais la tendance est là, bien réelle et toujours plus actuelle.)
La seconde série de causes est le résultat à la fois de la première et de l’aboutissement de l’irrésistible dynamique démocratique si bien 
analysée par Tocqueville dans De la démocratie en Amérique.

Chacun veut être (au moins) l’égal de tous les autres.

Personne ne supporte plus la moindre infériorité et donc, la moindre supériorité.

Les sociétés volent en éclats et avec elles toutes les hiérarchies héritées.

Les dominations passées, les inégalités, les mépris, les exploitations, les colonisations, les stigmatisations qui semblaient hier légitimes, naturelles, allant de soi ou à tout le moins tolérables, apparaissent désormais au grand jour pour ce qu’elles sont : 
intolérables.

Après Me-Too et après la vague (le tsunami plutôt) de mises au grand jour de multiples cas de harcèlement sexuel dans 
toutes les franges de la société, plus jamais la domination masculine n’apparaîtra supportable.

On découvre aujourd’hui chaque jour avec effarement de nouvelles victimes d’inceste ou de pédophilie.

Ce qui restait caché et tu hier, ne l’est plus aujourd’hui. 


Le racisme est définitivement insupportable.

 
Les crimes coloniaux même anciens, à commencer par l’esclavagisme, ne peuvent plus être passés sous silence.


Cette libération de la parole, cette prise de conscience de la violence, des violences multiples, qui ont tissé la trame de l’histoire commune de l’humanité, ne peuvent pas être vues autrement que comme un gigantesque progrès de l’esprit humain et de sa capacité morale.

Ce progrès, il faut à tout prix le mettre à l’abri des effets pervers qu’il pourrait entraîner.

À l’abri du backlash, du retour de manivelle, bien sûr, qui se traduirait par un retour en force du virilisme machiste, du racisme, des régimes autoritaires ou des intégrisme religieux.

Mais il doit être mis à l’abri également, et c’est le plus difficile à bien penser, du renforcement de l’hégémonie néolibérale que cette libération risque d’alimenter à son corps défendant.

En ne voulant voir que des individus sans qualité, sans sexe, sans couleur de peau, sans insertion sociale définie, le néolibéralisme peut en effet se présenter avantageusement comme le grand libérateur et le grand égalisateur universel, même s’il n’égalise qu’en démultipliant les inégalités, et ne libère qu’en renvoyant chacun à sa solitude, à son impuissance, et in fine à son aliénation. 


Le grand défi auquel nous sommes désormais confrontés est donc de réapprendre à nous parler et à débattre en tentant ensemble, majoritairement, de desserrer la tunique de Nessus que représente le néolibéralisme, idéologie d’un capitalisme rentier 
et spéculatif.

Nos sociétés, nos passés sont pétris de violences, voilà désormais l’évidence.

Faut-il pour autant en faire table rase, n’en rien garder, au grand risque de ne plus exister que sur et par le marché mondial, qui 
détruit allègrement la nature et nos solidarités ?

Comment, au contraire, telle est la question, pourrons-nous rebâtir un monde commun, vivre ensemble (dans la préservation de notre environnement naturel), nous regarder et nous écouter au lieu de rester chacun dans son cocon de haine ?

Pour cela il importe avant tout de comprendre l’infinie complexité des montages sociaux qui se sont succédé dans le temps et dans lyser les causes de cette explosion d’un monde qui devrait être en principe commun au moins à tous les habitants d’un même pays.

Pour ma part, j’en vois deux séries principales qui entretiennent entre elles des liens aussi paradoxaux qu’étroits. 


La première tient à l’hégémonie désormais mondiale du néolibéralisme.

Celui-ci repose sur le postulat que la société n’existe pas (there is no such thing as society, comme l’exprimait si clairement et radicalement Margaret Thatcher), qu’il n’y a que des individus (et leur famille), et que le seul mode de relation possible et souhaitable entre eux est la concurrence généralisée de tous contre tous.

Ce postulat est devenu la norme universelle.

Il plonge les individus en question, ainsi principiellement désocialisés, dans une désolation ou dans un désarroi sans fond, qui ne trouvent comme remède que le refuge dans la famille et dans les groupes d’appartenance.

Groupes d’appartenance eux mêmes en concurrence avec tous les autres, et donc de plus en plus haineux1
.
(Bien sûr, je force le trait, mais la tendance est là, bien réelle et toujours plus actuelle.)
La seconde série de causes est le résultat à la fois de la première et de l’aboutissement de l’irrésistible dynamique démocratique si bien 
analysée par Tocqueville dans De la démocratie en Amérique.

Chacun veut être (au moins) l’égal de tous les autres. Personne ne supporte plus la moindre infériorité et donc, la moindre supériorité.

Les sociétés volent en éclats et avec elles toutes les hiérarchies héritées.

Les dominations passées, les inégalités, les mépris, les exploitations, les colonisations, les stigmatisations qui semblaient hier légitimes, naturelles, allant de soi ou à tout le moins tolérables, apparaissent désormais au grand jour pour ce qu’elles sont : intolérables.

Après Me-Too et après la vague (le tsunami plutôt) de mises au grand jour de multiples cas de harcèlement sexuel dans toutes les franges de la société, plus jamais la domination masculine n’apparaîtra supportable.

On découvre aujourd’hui chaque jour avec effarement de nouvelles victimes d’inceste ou de pédophilie.

Ce qui restait caché et tu hier, ne l’est plus aujourd’hui. 


Le racisme est définitivement insupportable.

 
Les crimes coloniaux même anciens, à commencer par l’esclavagisme, ne peuvent plus 
être passés sous silence. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse