Madagascar: le peuple veut du riz, les politiques veulent le pouvoir

Quand on vit à Madagascar, on ne voit pas l'événement par la lorgnette d'un 2 mn sur le 20h. La misère, la faim, la corruption, le paludisme c'est chaque jour, Et la, pas de caméra, pas de papier, pas de 20h.

Quand on vit à Madagascar, on ne voit pas l'événement par la lorgnette d'un 2 mn sur le 20h. La misère, la faim, la corruption, le paludisme c'est chaque jour, Et la, pas de caméra, pas de papier, pas de 20h.

Oui 60, 80 morts c'est beaucoup trop mais la quasi totalité le sont dans des mouvements de pillages et non par des tirs de l'ennemi d'en face.

D'ailleurs, il n'y a pas d'ennemi. Il n'y a pas d'en face. Il y a des gens qui ont faim et il y a des gens qui tentent de défendre leur stock.

Pendant ce temps le message des politiques pour revendiquer ou garder le pouvoir est inaudible, voir incompréhensible, anachronique parfois.

Les uns veulent du riz, les autres le pouvoir. D'ailleurs celui qui a le pouvoir ... avait aussi le riz, jusqu'a lundi ...

 

Oui, l'achat d'un avion Présidentiel à 60 millions d'USD est une erreur grave, oui la censure des médias et de l'opposition est aussi une erreur grave. L'accaparation des moyens de production entre les mains du Monarche n'est pas acceptable

Mais tout cela n'est il pas un juste alibi pour mettre le feu au poudre et stigmatiser cette dérive autoritaire sous les yeux d'un Monde qui s'en fout.

Cette situation, les bailleurs de fonds la connaisse bien. Cette dérive, il la vive au jour le jour dans la totale transparence d'un pillage organisé des Projets financés par l'Europe, la France, la Banque Mondiale.

Quand les Etats unis de Bush ont financé le Millenium Challenge Account, sous la direction personnelle du Chef de l'Etat, destiné essentiellement à aider les paysans malgaches et que la première décision du MCA fut l'achat de 20 voitures 4X4 Touareg à 120.000 euros(prix local) pièce. Aucune recrimination. Aucun cris. Les seules larmes qui suintaient étaient celle de la climatisation sur le cuir des sièges qui accueillaient des experts internationaux payés 1.600 euros par jour pour venir voir un paysan malgache planter des haricots qu'on lui achète généreusement 50 cts d'euro le kilo.

La pauvreté, la maladie, la mort, l'indifférence, ici à Madagascar c'est tous les jours, sans caméra et sans faire le 20h.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.