Présidentielles: un silence trop assourdissant des mouvements sociaux !

réflexions personnelles suite à la défaite de Valls de ce 29 janvier 2017

Présidentielles: un silence trop assourdissant des mouvements sociaux

Avis de mobilisation ! 33 ou 36 il faut choisir !

 

 

                                                                                                                                                                      Lille le 29 janvier 2017 20 heures

 

 

Un an après le début de mobilisation contre la loi travail, la mobilisation sociale est atone, attentiste,  à la remorque de la comédie électorale...

Le silence radio des principaux dirigeants syndicaux est affligeant. Peu de secteurs échappent à cette règle dont : le secteur sanitaire et social qui connaitra pour la première fois depuis 1968 une grève générale unitaire le 7 mars 2017 tant le public que le privé, tant dans le sanitaire que le social et les entreprises confrontées à des fermetures de site et licenciement.

Pour toutes celles et ceux qui ont combattu ces dernières années les lois rétrogrades du gouvernement Hollande, dont la loi travail, les politiques d’austérité, l’état d’urgence et la mise en cause des libertés fondamentales,  le racisme et la haine anti-immigré, le renoncement à la politique du droit d’asile, qui ont agi pour éradiquer le chômage, la misère et la pauvreté, pour l’urgence climatique et la justice sociale, Il est temps de mettre fin à la résignation.

 

Il y a un mois, nul ne doutait que le deuxième tour des présidentielles se jouerait entre l’extrême droite du Front National et la droite extrême les Républicains. Certains démentaient ce pronostic et prévoyaient l’irruption d’un social libéral figure du gouvernement le plus impopulaire de la 5ème république.

 

La vie a tôt fait de déjouer ce scénario calamiteux pour les chômeurs et la majorité de la population française qui ne vit que de son travail, d’un vrai travail...

 

Le chef des Républicains apparaît aujourd’hui comme carbonisé par ses frasques financières dans l’utilisation de l’argent public. Même au cas où il n’est pas inculpé, la condamnation morale comme l’indique l’insolente réussite de la pétition demandant à «...Fillon de rembourser les 500 000 € », laissera des traces indélébiles qui peuvent compromettre son élection. 

 

Le baiser maffieux de Le Pen père à Fillon, par le soutien appuyé à celui-ci de l’ex-porte-parole des fascistes, ne fait que souligner à qui profite le crime. Le front national vient de se voir offrir la possibilité de la victoire, profitant du discrédit du parti des inculpés : Les Républicains

Ce faisant le Front National surfe sur la crête d’une vague brune qui ne dit pas son nom, tant sont proches les intérêts de Le Pen en France, de Trump aux états unis, de Poutine en Russie sans compter l’effroyable cohorte brune, qui de la Hongrie à la Pologne, de la Flandre à la Norvège contamine l’Europe.

 

Oui, pour la 1ère fois depuis Vichy le national populisme a le vent en poupe. Son héritier spirituel le Front National peut gagner en 2017, oui, la peste brune peut contaminer la France ! C’est précisément ce scénario, mortel pour la démocratie et nos libertés fondamentales, qu’il faut combattre avec la dernière des énergies.

 

Face à cela il ne faudra pas compter sur la victoire de Macron, représentant des banquiers et des patrons,  seul candidat en lice comptable de la politique de François Hollande dont il a été l’un des principaux artisans. Valls, l’ex premier ministre, est désormais battu. Désormais c’est vers lui qui devra rendre compte au nom du gouvernement hollande des frasques sociale libérales dont a été victime « la majorité sociale de ce pays » le salariat et les sans droit. Son orientation politique est décidée à la banque Rothschild tout comme le fut dans  le passé celle de Pompidou. Ses soutiens, de Strauss Kahn à Bolloré, de Bernard Arnaud à Claude Bébéart en font le candidat des multinationales et du patronat. Le monde du travail n’a rien à en attendre.

 

Dans ce contexte la victoire de Benoit Hamon lors des primaires de gauche, est une bonne nouvelle. Elle sanctionne 5 ans de politique anti-sociale, 5 ans de renoncements face à la finance et aux multinationales, elle sanctionne 5 ans de soumission aux impératifs d’une Europe capitaliste soumise aux banquiers, qui a étranglé le peuple grec et tous les peuples victimes de la crise en Europe.

 

Je ne veux pas par-là donner un blanc seing au réformisme bon teint d’un réformisme timide, trop souvent timoré, dont la prudence a trop exprimé jusqu’à présent le peu de courage dans ses votes et prises de positions.

 

Je veux souligner qu’une nouvelle séquence politique est ouverte aujourd’hui, qui peut être capable de faire démentir tous les sondages, tous les pronostics au soir du 2ème tour de la présidentielle, à trois conditions :

 

1.      Que s’unisse autour d’une même volonté de faire obstacle à l’extrême droite, à la droite extrême et au social libéralisme les différents secteurs de la gauche socialiste et de la gauche radicale et écologiste incluant front de gauche, écologistes et NPA. Cela suppose une volonté d’échanger, de construire des objectifs communs à un éco-socialisme démocratique qui rompe avec les politiques d’austérité, refonde sa politique autour d’une justice climatique et sociale, ait pour objectif de mettre fin à la pauvreté, au chômage et à la misère en France et  en Europe, refuse le carcan des traités européens de l’Europe de la concurrence et de la finance. Cela suppose enfin de refonder les institutions, mettre fin au pouvoir personnel et à la Vème république, de refonder la démocratie, instaurer la proportionnelle intégrale et le droit de vote de tous ceux qui concourent à la richesse nationale qu’ils soient français ou immigré.

 

2.      Pour qu’un tel objectif soit atteint il faut que dès à présent que Hamon, Mélenchon et Poutou mettent fin à la concurrence des égos et à toute volonté hégémonique, appellent à un désistement réciproque au soir du 1er tour pour le candidat le mieux placé en cas de présence au 2ème tour et construisent dès à présent l’espace des législatives de telle sorte qu’elles permettent ensuite l’élection au parlement de toute les sensibilités préfigurant ainsi la règle de la proportionnelle intégrale.

 

3.      Il s’agit enfin pour le mouvement social et le mouvement syndical, en pleine indépendance et autonomie vis-à-vis des partis de marcher sur 2 jambes, les luttes et leur prolongement dans les élections.

 

Il ne saurait y avoir de victoire sans irruption de la scène électorale de la question sociale. D’ores et déjà 4 grands rendez-vous sociaux déjà existant dans ces élections :

 

-          Le 7 mars 2017, jour de  grève et manifestation unitaire 13 h, place Denfert à Paris décidée par les fédérations SUD, CGT et FO du secteur santé social public et privé, rejoint par de nombreuses autres syndicats d’autres secteurs professionnels et les associations d’usagers telles Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, notre santé en danger, People’s Health Movement (mouvement populaire pour la santé)..

-          Le 21 mars 2017 jour de grève et manifestation des services publics,

-          Le 7 avril, journée mondiale de la santé dans le cadre d’une mobilisation internationale appelée par plusieurs dizaines d’organisations à l’issue du forum social mondial de Montréal,

-          Il s’agira enfin, quel que soit le résultat du premier tour d’organiser des manifestations puissantes et unitaires le 1er mai prochain pour rappeler que personne n’étouffera le mouvement social et revendicatif

Il s’agit de les réussir et de donner à nos revendications un prolongement politique !

Rien d’autre ne permettra d’éviter le scénario noir de la catastrophe annoncée du clan Le Pen au Pouvoir ! Entre 33 à Munich ou 36 à Paris il faut choisir !

 

Montrons que si  Le Pen, Fillon et Macron, ont beau chercher à couper toutes les fleurs, ils n’empêcheront pas l’irruption du printemps climatique et social !

Vladimir NIEDDU

Citoyen sans parti, militant du mouvement international  People’s Health Movement (Mouvement populaire pour la santé)

 

Ancien secrétaire de l’Union syndicale SOLIDAIRES 59/62 et de SUD santé sociaux 59.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.