vlc-tc
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2022

vlc-tc
Abonné·e de Mediapart

Face à la bétonisation, un vent de colère souffle dans les Pyrenées-Orientales

Lors d'une manifestation à Céret le 24 septembre, les manifestants venus en nombre étaient appuyés par Extinction Rebellion. Ils dénonçaient les multiples projets de construction portés par des élus départementaux et municipaux.

vlc-tc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Environ 500 personnes ont répondu à l'appel © Eric Plouvin pour l'Indépendant
Les manifestants se rassemblent sur le vieux pont de Céret © Gabriela
Les activites d'Extinction rébellion suspendus au pont à Céret © Gabriela

A Céret, petite ville calme et touristique de la vallée encore préservée du Vallespir (66), on n’avait jamais vu ça. Samedi 24 septembre à 7h du matin, des activistes du groupe local de désobéissance civile Extinction Rébellion déploient une grande banderole sous l’un des trois ponts enjambant le fleuve du Tech, avec pour slogan “Qui sème le béton aura bientôt la dalle”. Deux jeunes se suspendent dans le vide de part et d’autre de la bâche, pendant plus de quatre heures.

Cette action spectaculaire est venue en appui à une grande manifestation organisée le même jour à l’appel d’une trentaine d’organisations de protection des espaces naturels et des terres agricoles. Le mot d’ordre: stop à la frénésie de projets de construction partout dans le département.

Plusieurs élus départementaux ou municipaux ainsi que les promoteurs immobiliers sont en effet pointés du doigt par les associations. Le quatrième viaduc et la déviation de Céret pour 30 millions d’euros d’argent public ? Un chantier imminent soutenu par le Conseil départemental dirigé par la socialiste Mme Malherbe et porté par les maires de St Jean Pal de Corts M. Garrabé (depuis 1989) et de Céret M. Coste. L’extension du port d’Argelès-sur-Mer sur une zone naturelle et 450 villas à la place d’un bois de chênes ? Des lubies de M. Parra maire de la station balnéaire. Les multiples programmes de lotissements en béton climatisés avec piscine individuelle qui fleurissent aux abords de chaque village du département à grands coups de panneaux publicitaires ? Ce sont les Plui (Plan local d’urbanisation) montés par les Communautés de communes et les conseils municipaux qui ouvrent la porte à ces étalements urbains rendant les habitants dépendant de la voiture. La construction d’un nième complexes de luxe à la place des derniers hectares d’espaces arborés de Canet-en-Roussillon ? Un projet du maire M.Loda dont les multiples casquettes posent question. La déviation de Marquixanes pour 40 millions d’euros d’argent public ? Un serpent de mer validé par l’ancien Préfet M. Stoskopf (sous pression de l’ancien maire de Prades et premier ministre Jean Castex ?), malgré plusieurs avis défavorables des commissaires enquêteurs. Et la liste est encore longue.

Environ 500 personnes ont donc défilé dans les rues de Céret samedi pour dénoncer ce mode de développement urbain en contradiction avec les enjeux climatiques et environnementaux actuels. Une première dans un département qui vote massivement RN et où les questions écologiques ne sont pas encore entrées dans les moeurs. Les manifestants étaient d’ailleurs plutôt déjà acquis à la cause. Un groupe de Catalans espagnols (Salvem l'Emporda) est venu en soutien au mouvement, ainsi que le fondateur du Groupe national de surveillance des arbres (GNSA) Thomas Bail.

Des dizaines de luttes ont surgi ces derniers mois dans les Pyrénées-Orientales contre des projets inutiles et imposés. Une preuve que les habitants veulent avoir leur mot à dire dans la gestion de leur environnement. De nouvelles actions pourraient donc avoir lieu.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio