Mediapart et la gestion de la crise "Covid-19"

Face à la pandémie et les réponses décidées par nos gouvernements, de nombreuses questions restent sans réponse et même sans véritable débat publique. Même Mediapart semble avoir avalisé sans beaucoup de recul certaines prises de position de nos autorités. N’est-il pas temps de s’accorder une remise en question sur certains sujets et de s’assurer qu’ils reçoivent le débat qu’ils mériteraient ?

C’est en tant que lecteur régulier de Mediapart depuis 5 ans que j’aimerais m’adresser ici. De manière générale, j’apprécie les qualités et l’indépendance des articles de Mediapart qui nous aident à comprendre les dynamiques du monde dans lequel nous vivons. Et depuis le début de la pandémie, Mediapart n’a pas été en reste et a veillé à couvrir les évènements le mieux possible.

Comme pratiquement tout le monde, j’ai été surpris puis sidéré par l’évolution de cette épidémie et la tournure des évènements qui en ont découlé. Depuis le début cependant, je suis partagé sur plusieurs points : la gravité réelle de cette pandémie (en comparaison à d’autres causes de mortalité ou d’autres pandémies récentes), la pertinence du confinement généralisé, ce qu’il faut penser du Dr Raoult et du traitement à l’hydroxychloroquine qu’il préconise, sur l’attitude des autorités (je suis Belge, mais je ne vois pas de différences fondamentales entre la France et la Belgique sur la gestion de cette crise), etc.

J’ai bien sûr consulté de nombreux articles sur ces questions et j’avoue que plus j’avance dans mes lectures et ma compréhension (même limitée) du sujet, plus j’ai le sentiment que pour le coup, Mediapart a vraiment manqué de recul. En effet, si Mediapart n’a pas manqué de critiquer la gestion des masques et beaucoup d’autres aspects (manque de soutien aux travailleurs, aux artistes, prise de pouvoir excessif par les épidémiologistes, etc), je ne trouve aucune remise en question du confinement généralisé et une prise de position systématiquement contre le Dr Raoult et l’usage de l’hydroxychloroquine.

Et pourtant les remises en cause du confinement ne manquent pas (Comte-Sponville, Jean-Michel Dominique, Jean-François Toussaint, et j’en passe). En Belgique, une pétition rédigée par des médecins et bien argumentée circule pour remettre en cause la réponse à l’épidémie de Covid-19 (https://docs4opendebate.be/fr/open-brief). Il me semble évident aujourd’hui que cette mesure s’est révélée très peu efficace, pour ne pas dire inutile, tandis qu’elle a généré une récession dramatique dont les conséquences sont incalculables. En arrière-fond, nous avons bien sûr la mauvaise gestion chronique des hôpitaux (nombre limité de lits en soin intensif) et le manque de tests Covid-19 au début de la pandémie, mais même ainsi, le confinement généralisé n’était sans doute pas la meilleure réponse et il semble que rien ne prouve réellement son efficacité pour freiner de manière sensible la pandémie et éviter la saturation des hôpitaux.

Je ne vous cache pas que je trouve le Dr Raoult antipathique et terriblement arrogant sur ses vidéos et dans ses interventions sur les plateaux de télévision. Mais ce (pré)jugé n’est pas une raison pour balayer d’un revers de la main ce qu’il dit ou ce qu’il fait. Surtout que comme le rappelle Jean-Michel Dominique dans son livre « Covid-19, Anatomie d’une crise », Le Dr Raoult n’est pas seul et le travail de Méditerranée Infection est le résultat d’une large équipe de spécialistes. Je trouve assez convainquant l’analyse de Jean-Michel Dominique sur le débat de l’hydroxychloroquine: un conflit entre praticiens qui répondent à une épidémie de manière empirique comme cela se fait depuis longtemps dans ce genre de situation et de spécialistes focalisés sur l’aspect méthodologique : nécessité de valider le traitement avec des études en double aveugle inadaptée pour la réponse au Covid-19 (sans compter les nombreuses autres limitations de cette approche rationaliste). Par ailleurs, il rappelle que ce traitement est efficace dans la mesure où il est administré avant que le patient ne se retrouve en soins intensifs et les tests effectués dans ces services n’étaient donc pas bien ciblés.

Je continue à me poser beaucoup de questions, surtout au vu de la recrudescence des cas d’infection. Mais là encore, on entend des voies dissonantes avec le discours officielle et elles méritent d’être écoutées et débattues.

Je lance donc un appel à Mediapart pour que son équipe se remette en question et s’assure de prendre le recul suffisant face à certaines interrogations soulevées par cette pandémie et les prises de position de nos gouvernements et qu’elle veille à accorder un débat impartial et une couverture suffisante à des opinions divergentes. Je serais aussi intéressé de savoir si les autres lecteurs de Mediapart partage mes doutes ou ce qu’ils pensent de ces questions.

Bonne lecture et bon débat à tous,

Pierre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.