Voix d'Amérique
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2019

« Faire de l’Amérique une nation blanche et machiste»

« ANALYSE / Derrière l’insistance tenace de l’administration Trump à lutter contre l’immigration illégale se dissimule une volonté acharnée de restreindre l’immigration aux États-Unis. Sa croisade anti-immigration cache une détermination réelle à maintenir les États-Unis comme une nation blanche et machiste. » Par Gilles Vandal, La Tribune, 4 février 2019 - Mis à jour le 3 février 2019 à 20h57

Voix d'Amérique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« ... Martin Luther King et le mouvement des droits civiques transformèrent le paysage politique aux États-Unis en soutenant l’adoption de lois sur l’égalité civile en 1964, le droit de vote en 1965 et l’accès libre au logement en 1968. Ces trois lois, considérées comme les trois joyaux de l’héritage de King, sont aujourd’hui mises en danger par la montée d’un esprit révisionniste judiciaire d’extrême droite.

La dynamique raciste prévalant présentement aux États-Unis dépasse donc la demande insistante du président Trump de construire un mur à la frontière sud. Son recours à une rhétorique populiste machiste et raciste trouve aussi un écho au sein du système judiciaire.

 Depuis deux ans, l’administration Trump cherche systématiquement à éliminer ou à réduire l’application des règles fédérales prévenant la discrimination contre les femmes et les personnes de couleur. Sa stratégie est toute aussi simple qu’efficace : redéfinir le fonctionnement de l’appareil judiciaire en nommant des juges ultraconservateurs.

Or, dès sa première année de présidence, Donald Trump a nommé 87 juges fédéraux dont 80, soit 92 %, sont blancs, 5 d’origine asiatique, un Afro-Américain et un d’origine hispanique. Par ailleurs, 77 % de ces juges sont des hommes blancs. Alors que l’Amérique devient de plus en plus diversifiée, la politique de Trump consiste à transformer les 89 cours fédérales de district, les 12 cours d’appel et la Cour suprême en des bastions d’hommes blancs. Le processus est déjà largement réalisé.

Avec la confirmation de Brett Kavanaugh à la Cour suprême, les ultraconservateurs dominent à 5 contre 4 cette illustre institution. Or, ces cinq ultraconservateurs ont déjà affirmé leur détermination à démanteler l’héritage du mouvement des droits civiques. La remise en cause de ces trois lois historiques n’affecte pas uniquement les Afro-Américains.

Peu de personnes le réalisent, mais la loi sur les droits civils assure aussi aux femmes une meilleure protection contre des pratiques discriminatoires sur le marché du travail et reconnaît les droits des personnes handicapées physiquement ou intellectuellement. De même, la loi sur le droit de vote assure aux minorités une pleine participation électorale. Et finalement, la loi sur le logement « interdit la discrimination dans la location, l’achat et le financement de logements en raison de la race, de la religion, de l’origine nationale et du genre ».

Dans son désir de ramener les États-Unis aux années 1950, Trump bénéficie d’un allié de taille dans la personne de John Roberts, le juge en chef de la Cour suprême. Ce soutien est particulièrement évident dans l’opposition implacable que Roberts mène contre la loi de 1965 sur le droit de vote.

Depuis 1980, Roberts mène une croisade pour restreindre l’application des lois fédérales touchant la discrimination électorale. Il estime que l’application de la loi de 1965 ne couvre que la discrimination intentionnelle. Ce faisant, il donne un vernis de respectabilité aux idéologues d’extrême droite...»

Par Gilles Vandal [qui] est professeur émérite à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

Source et texte intégral ici:

https://www.latribune.ca/opinions/faire-de-lamerique-une-nation-blanche-et-machiste-e0104596aa9d18eee3f15a0ff893721e

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica