Voix d'Amérique
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2019

« Une réflexion sur la notion de citoyenneté aujourd'hui au Québec »

« Le discours dominant actuel au Québec nous donne souvent l’impression qu’accueillir l’immigration est un acte de charité, que celui-ci est toujours un rescapé de la misère dans son pays et qu’il est le bienvenu s’il remplit sa fonction utilitaire à savoir renforcer la présence francophone, peupler le Québec vieillissant et être une force économique pour pallier au manque de main d’œuvre.»

Voix d'Amérique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« À quel moment «Speak White» est-il devenu «Ne parle pas»?

Le discours dominant actuel au Québec nous donne souvent l’impression qu’accueillir l’immigration est un acte de charité, que celui-ci est toujours un rescapé de la misère dans son pays et qu’il est le bienvenu s’il remplit sa fonction utilitaire à savoir renforcer la présence francophone, peupler le Québec vieillissant et être une force économique pour pallier au manque de main d’œuvre.

Nous avons d’ailleurs dû subir pendant plusieurs mois le débat sur les seuils d’immigration à la dernière campagne électorale cet été comme si l’immigrant n’était qu’un bien marchand dans une équation purement économique. Personne ne me contredira si je dis que ce débat s’est déroulé, pour l’essentiel, sans nous.

J’entends par citoyenneté non pas le simple fait de recevoir un document le justifiant mais l’exercice quotidien; la contribution intelligente et constructive à la société d’accueil et au débat public.

Au bout de 4 ou 5 années de résidence, de parcours parfois sisyphéen pour trouver un emploi et s’installer et de taxes payées, nous devenons éligibles à la citoyenneté sur papier. Mais devenons-nous pour autant de vrai.es citoyen.nes?

J’entends par citoyenneté ici non pas le simple fait de recevoir un document le justifiant mais l’exercice quotidien; la contribution intelligente et constructive à la société d’accueil et au débat public; la volonté de construire un avenir commun exempt d’injustices ou chacun.e a voix au chapitre.

Car croyez-moi, c’est un sentiment terrible que celui d’être pris.e en otage à vivre dans une chambre d’écho impossible à percer où chacune de nos paroles nous ait renvoyées comme la preuve que nous ne serons jamais assez Québécois.es ni assez valides dans nos vécus; ou chaque parole pour dénoncer une injustice envers les minorités devient vite un motif valide pour un lynchage public. Les cas de Dalila Awada ou encore de Nydia Dauphin, pour ne citer que ces deux femmes, sont des exemples éloquents du prix cher que nous payons pour cette parole.

Les oppressions passées et les traumas d’une frange de la société justifient-elles que nous soyons muselé.es aujourd’hui? À quel moment «Speak White» est-il devenu «Ne parle pas»? On me rétorquera probablement qu’au Québec la liberté d’expression est un droit acquis. Je vous répondrai à cela que la liberté d’expression dans l’absolu est un leurre et que celle-ci ne peut être pensée qu’avec des lunettes qui analysent les rapports de pouvoir dans la société. Qui tient le crachoir aujourd’hui?..»

Article parAmel Zaazaa, Militante féministe et antiraciste

Source et suite ici: https://ricochet.media/fr/2486/ne-suis-je-pas-citoyenne

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann