VoxPublic
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2021

M. le Président, écoutez les revendications des grévistes de la faim à Calais

15 associations écrivent au Président de la République en soutien aux revendications des grévistes de la faim de Calais. Cette lettre a été adressée au président de la République, Emmanuel Macron, le mercredi 10 novembre. Les signataires attendent encore une réponse.

VoxPublic
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le président de la République, 
Chaque jour, au nom d'une politique qui vise à dissuader les personnes exilées de transiter par Calais, notre gouvernement franchit des lignes rouges. Chaque jour, il met la France dans l'illégalité et renie ses valeurs en traitant ces personnes de façon inhumaine et dégradante. Il a fallu que trois citoyens s'engagent dans une grève de la faim pour briser le silence assourdissant dans lequel ce drame se poursuit sur notre sol. 

Depuis maintenant 31 jours, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein ont cessé de s’alimenter pour demander le respect de la dignité et des droits des personnes exilées à Calais.
Comme nous l’avons affirmé dans un communiqué le 26 octobre, rejoints par 180 organisations de la société civile française, nous soutenons pleinement les trois revendications présentées par les grévistes : la fin des expulsions quotidiennes sur Calais, la fin de la destruction des effets personnels des personnes exilées pendant la trêve hivernale, l’ouverture d’un dialogue raisonné et constructif entre les pouvoirs publics et les associations non mandatées par l’État sur la distribution de biens de première nécessité.
Ces revendications très élémentaires n’ont pas encore été prises en compte. Mandaté par le ministère de l’Intérieur, M. Didier Leschi a essentiellement annoncé deux mesures : un préavis de 45 minutes avant les expulsions, la création d’un « sas » pour 300 personnes avec une orientation vers des hébergements loin de la frontière britannique. 
Ces annonces ne sont pas à la hauteur : dans les faits, elles ne remettent quasiment pas en cause les traitements inhumains et dégradants infligés quotidiennement aux plus de mille personnes exilées vivant dans le Calaisis.
Nos associations restent très mobilisées en soutien à cette action qui rappelle la responsabilité première du gouvernement français. Comme nous l’observons depuis près de 30 ans, le choix prioritaire de la dissuasion, y compris par la force, n’a jamais eu pour autre effet que d’exacerber la souffrance humaine, aggraver les atteintes aux droits humains et accentuer l’épuisement des défenseurs des droits humains, citoyens et citoyennes fidèles au principe républicain de fraternité. Pas plus que vous, nous ne souhaitons qu’Anaïs Vogel et Ludovic Holbein ne mettent leur vie en danger.
Dès lors, nous en appelons à votre sens des responsabilités et à votre humanité. La situation qui prévaut à Calais, à Grande-Synthe et plus généralement sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord, impose qu'une réponse gouvernementale positive soit apportée au plus vite aux demandes minimales formulées.
Nous attendons de votre part un geste fort, en vous engageant directement sur ce dossier, afin que de nouvelles discussions commencent rapidement. Nos organisations sont prêtes à entrer immédiatement en dialogue avec vous et sollicitent donc un rendez-vous à cet effet.
Nos organisations sont convaincues que des solutions peuvent être apportées à cette situation. Elles doivent s’ancrer résolument dans le respect effectif des droits humains des personnes exilées et impliquent un engagement politique sur un temps long et l’ouverture d’un dialogue raisonné associant personnes exilées, associations et pouvoirs publics.
Nous vous appelons à agir dans les plus brefs délais.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l'expression de notre très haute considération, Amnesty International France, Cécile Coudriou, Présidente

  • Amnesty International France, Cécile Coudriou, Présidente
  • ATD Quart-Monde, Marie-Aleth Grard, Présidente
  • CCFD-Terre Solidaire, Sylvie Bukhari de Pontual, Présidente
  • Cimade, Henry Masson, Président national
  • Collectif des associations de soutien aux personnes exilées de Calais : Auberge des migrants, Salam Nord Pas-de-Calais, Utopia56
  • Emmaüs France, Antoine Sueur, Président
  • Fédération Entraide Protestante, Jean Fontanieu, Secrétaire général
  • Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, Délégué général
  • Human Rights Watch, Bénédicte Jeannerod, Directrice France
  • JRS France, Véronique Albanel, Présidente
  • Ligue des Droits de l’Homme, Malik Salemkour, Président
  • Médecins du Monde, Dr Carine Rolland, Présidente
  • Médecins sans Frontières, Corinne Torre, Chef de mission France
  • Oxfam France, Cécile Duflot, Directrice générale
  • Secours catholique Caritas France, Véronique Devise, Présidente

Avec le soutien :  

Associations nationales et internationales : ACAT France, Action contre la faim, Anafé, Avocats pour la Défense des Droits des Étrangers, Collectif national droits de l’homme Romeurope, CRID, DAL, États Généraux des Migrations, Emmaüs International, Gisti, MRAP, RESF, Safe Passage France, Service National Mission et Migration


Associations régionales et locales : 100 pour 1 Surgères, ACCMMA (Association Comtoise pour la Connaissance du Magrheb et du Monde Arabe), ASILE, Assemblées locales de La Rochelle et Rochefort, Asso.cairn, CARDAV (Collectifs pour l’Accueil des Réfugiés en Drôme Ardèche, CCFD-Terre Solidaire du Doubs, ASTI de Colombes, Chemins Pluriels, Citoyens du monde 53, CIMADE des Hautes-Pyrénées, collectif Chabatz d’entrar de la Haute-Vienne, Collectif de défense des droits et libertés des étrangers (CDDLE) de Besançon, Collectif d’Entraide Solidaire, Collectif départemental Migrants 17, Collectif de soutien aux migrants de Millau, Collectif de soutien aux Personnes Sans Papiers de Saint-Nazaire, Collectif Loire "Pour que personne ne dorme à la rue", Collectif Outils du soin, Collectif poitevin D’ailleurs Nous Sommes d’Ici, Collective Aid, COSOMI, Education.World 86, EGM25, Haut-Var Solidarité, Hébergement Solidaire Bihorel, ICARE-05, Les Voisins Solidaires de Versailles, Migrants Voiron, Paris d’Exil, Les pastorales des migrants des diocèses d’Evreux, Rouen et Sées, Peuples Solidaires Doubs, RESF 06, RESF43, RESF63, RESF86, RESF Voiron, Rosmerta, Roya Citoyenne, Solidarité Jean-Merlin, Terre d’errance Norrent-Fontes, Tous migrants, l’Union juive française pour la paix, Welcome-Franois-Serre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours