VSERVAT
Enseignante histoire géographie en collège à Montreuil, doctorat histoire culturelle contemporaine Paris 1, sourde remise à neuf.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 sept. 2020

Le handi-cape d'invisibilité

Les derniers textes actualisant les règles du travail et normes sanitaires dans les établissements scolaires ne font aucun cas des personnes souffrant de handicap auditif.

VSERVAT
Enseignante histoire géographie en collège à Montreuil, doctorat histoire culturelle contemporaine Paris 1, sourde remise à neuf.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


16 septembre, les cours ont repris depuis deux semaines désormais. Les classes sont parfois clairsemées, on compte parmi les élèves, les agents, les enseignant.es, des quarantaines plus nombreuses, mesures de précaution légitimées par des contacts suspects dans le cadre familial, sportif, festif et professionnel. On a chaud sous les masques et dans les salles de classe, il faut forcer la voix et consentir à se l’abimer. Les masques se baissent, les rappels à l’ordre fusent. Il en va dans l’enseignement comme dans le reste de la société : la pandémie de covid fait sa route, enferme et met à l’écart temporairement, contraint les pratiques professionnelles et, plus largement, notre quotidien.

Dans le sillage des dernières communications gouvernementales, les circulaires qui régissent les cas particuliers (personnels à risques, cas contacts) et les FAQ diffusées dans les établissements scolaires par le Ministère ont bénéficié d’un update attendu. Car, figurez-vous, les enseignant.es n’ont aucune immunité naturelle contre le virus qui circule, ni contre certaines maladies comme le diabète, le cancer, si bien qu’ils peuvent être en difficulté, voire en danger, en continuant d’exercer avec certaines pathologies. Or comme la Ministre du « concret des territoires », Amélie de Montchalin, l’a précisé tout récemment aux organisations syndicales, il n’est pas question de revenir sur le jour de carence (le jour de carence c’est trop 5G, sa suppression nous replongerait dans les affres du modèle Amish). Il était donc urgent de préciser pour ces personnels particulièrement exposés les aménagements possibles pour ne pas leur affliger, en plus de leur état de santé précaire, des pénalités financières consécutives à des arrêts maladies forcés.  

Comme vous l’avez peut-être décompté à partir du billet précédent, cela fait 15 jours aussi que sourde profonde, implantée cochléaire bilatérale, je suis devant des classes masquées, privée de lecture labiale, des expressions du visage, et recevant un son étouffé par les masques pour faire « cours ». Je n’y arrive pas, les élèves répètent sans arrêt les mots qu’ils m’adressent, je dois coller mon oreille à leur bouche pour saisir ce qu’ils disent, la communication avec mes collègues est inexistante également. Hier soir, lors de la réunion de présentation aux parents, cinq ou six questions m’ont été adressées, je n’en ai compris qu’une seule. Le temps de récupération est indexé à l’intense concentration que me demande chaque échange avec un élève. J’ai 4 classes qui comptent environ 25 élèves. 

Dernières nouvelles des masques inclusifs ? Au mieux dans un mois. Dans le « concret » des établissements, on est vraiment tout ce qu’il y a de prêt, la preuve. Un peu de DYI, nous cherchons des solutions, pour que je puisse entendre les élèves. Ce matin j’ai testé la grosse enceinte et le micro qui servent à faire l’appel dans la cour les jours de rentrée scolaire. Sauf qu’elle était dans ma salle de classe. Le respect de ma vie privée, c’est aussi Amish, donc désormais tous les élèves sont au fait de mon handicap auditif. Je pensais que l’arrivée du micro allait transformer les cours sur l’esclavage et sur la première guerre mondiale en karaoké. Mais finalement non, ce sont les élèves que cette aide technique indispose plus que moi. Ce ne sera donc pas un appui pour enseigner avec mon handicap face à des élèves masqués. Je reste comme l’ont signalé, à titre comparatif, les signataires de cette tribune du Figaro, une aveugle qui traverse Paris sans canne. Mon trajet consiste à faire un cours avec des voix étouffées par les masques, sans lecture labiale, sans expressions du visage en guise de canne blanche. C’est tout bonnement impossible, insurmontable.

Autant vous dire que, telle une morte de faim, je me suis précipitée sur les dernières circulaires et FAQ  pour en scruter chaque ligne afin de vérifier si le fait d’avoir une secrétaire d’état aux personnes handicapées pouvait « impacter » (comme on dit dans la #team5G) le « concret » de mes conditions de travail. Après tout j’ai une RQTH, avec une petite carte qui en atteste, un handicap qui excède les 80%, je dois bien avoir quelques droits. Il parait qu’à la Défense en ce moment bien des salariés valides sont mis au moins un jour par semaine en télétravail par leur employeur en raison du regain de vigueur de la pandémie. Et bien que croyez-vous qu’il soit dit dans ces deux actualisations relatives à la réglementation et aux règles sanitaires dans les établissements scolaires pour les personnes atteintes d’un handicap ?… Suspense insoutenable. 

…RIEN. RIEN de RIEN. NADA. NOTHING. Le mot n’est même pas écrit. Invisible. Nous n’existons pas. Je n’existe pas.

L’école inclusive est régie par le handicape d’invisibilité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti