VSERVAT
Enseignante histoire géographie en collège à Montreuil, doctorat histoire culturelle contemporaine Paris 1, sourde remise à neuf.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 juin 2017

Un simple «malentendu»

Le refus d'aménager mon poste de travail en collège en Seine st Denis en raison de mon handicap auditif lourd n'était qu'un «malentendu».

VSERVAT
Enseignante histoire géographie en collège à Montreuil, doctorat histoire culturelle contemporaine Paris 1, sourde remise à neuf.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quinze minutes, c’est à quelque chose près le temps qu’il a fallu pour que mon téléphone se mette à sonner après la mise en ligne sur Médiapart le Club de la tribune consacrée au refus de l’Education Nationale, via ses instances académiques, d’aménager mon poste de travail.

Quinze minutes pour me voir offrir un rendez vous à l’heure et au moment de ma convenance. J’imagine qu’il s’agit d’un pur hasard et que tout rapport avec la vitesse virale atteinte par cette confession sur les réseaux sociaux est pure coïncidence.

Quatre heures, c’est à quelque chose près le temps qu’il a fallu pour au compte twitter de l’Académie de Créteil pour me demander une conversation privée afin de m’expliquer les raisons de la discorde. La notification de décision qu’on m’a adressée par mail n’a qu’une valeur consultative. Et le fait que je n’en ai pas été informée est un simple, je cite, « malentendu ». Fiat Lux

J’ai rendez vous mardi matin à Créteil pour me faire confirmer un allègement de trois heures de mon service de certifiée.

So … why we fight ?

Cet outing sur Mediapart m’a donné l’occasion de remettre la tête hors de l’eau. Il est donc impensable que je ne remercie pas ici tou.te.s celles et ceux qui m’ont apporté leur soutien : ami.e.s, collègues, élèves, parents d’élèves, twittos, inconnu.e.s, militant.e.s ou non.

Le revers de la médaille est que beaucoup de collègues m’ont transmis des témoignages décrivant une situation analogue à la mienne. Handicapé.e.s, il leur est impossible, en dépit de demandes légitimes et parfois réitérées d’obtenir un aménagement de poste par l’Education Nationale. Cela concerne des enseignant.e.s de lycée ou de collège, à Paris ou en Province, handicapé.e.s visuels ou auditifs, titulaires le plus souvent d’une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé, ils ont été pour certain.e.s débouté.e.s de leur demande d’aménagement, pour d’autres, de sa reconduction d’années en années, leur pathologie, comme la mienne, n’étant pas évolutive.

Bon nombre d’entre elles/eux ont fini par renoncer à leurs droits et on ne peut les en blâmer. Les démarches sont longues, lourdes et douloureuses. En Seine St Denis il faut un an à la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour traiter un dossier délivrant une RQTH. On comprend que la lassitude gagne quand il faut refaire chaque année entretiens et lots d’attestations médicales comme on remonte au calvaire sans aucune garantie quant à leur prise en compte. A l’usure, les collègues renoncent.

Travaillent-ils/elles pour autant « normalement » malgré leur handicap ? De ce que j’ai pu lire absolument pas. La plupart finissent par demander un temps partiel, voire un mi-temps. Dans ce cas il n’y a pas de compensation de salaire. Et leur silence pave la route de l’institution. 

Voilà le cœur de l’affaire : il semblerait que l’Education Nationale ait trouvé une martingale pour que ses employé.e.s souffrant de handicap financent de leur poche le coût de celui-ci, épargnant à l’Etat d’assumer sa part de solidarité nationale. Là où le bât blesse encore plus c’est que, à l’instar de ce que j’ai constaté dans ma modeste expérience, nos interlocuteurs.trices sont difficilement touchables, protégé.e.s par des standards et des secrétariats, des accueils filtrants et des portes badgées, les responsabilités et les missions de chacun.e ne sont pas clairement compréhensibles, parfois plusieurs répondent à une même requête et la valeur de leurs notifications – consultative ou impérative – n’est pas clairement précisée.

Il faut donc réfléchir à un moyen de clarifier et améliorer les choses. L’étincelle, on peut prendre le pari sans trop de risque, ne viendra pas de l’institution. Il nous incombe d’allumer la mèche et de nous organiser.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland