Première leçon du Coronarovirus : la crise des lits de soins intensifs ...

La radio France Inter commentait ce matin la situation sanitaire en Italie, près d'une centaine de morts et seulement 900 malades en soins intensifs.

A l'échelle d'un pays comme l'Italie cela parait dérisoire de constater que sur 16 millions d'habitants confinés, des milliers de malades et somme toute un lit pour 18.000 personnes. Ceci explique l'incapacité des italiens a traité tout les patients et leur obligation de faire des choix.

J'avais été alerté, il y a deux jours sur le nombre de respirateurs disponibles dans le Nord de l'Italie, cela avait l'air assez dramatique.

Quand est-il en France ? combien de lits de soins intensifs sont ils disponibles ? c'est à dire ceux qui ne sont déjà pas utilisés pour d'autres pathologies...

La fermeture annoncée de 22.000 lits d'hôpitaux en 2016 a probablement réduit d'un cinquième à un quart le nombre de ces lits (somme nous passés d'un peu moins de 10.000 à 7500 lits ?). 

Ceci montre que si la fermeture d'hôpitaux est certainement nécessaire ceci implique un cadrage des besoins courants et en cas d'épidémie. Il est en effet impossible d'ignorer que l'on attend depuis longtemps l'arrivée d'une pandémie virale de ce type.

En 2009, c'est la statistique que j'ai trouvé provenant du Ministère, il y avait en France en moyenne 19,2 respirateurs pour 100.000 habitants soit près de 13.000 , combien sont libres d'usage ?

La Chine a montré sa capacité de planification en construisant des hopitaux en quelques jours, il serait peut-être bon de prévoir une telle planification en construisant des hôpitaux plus petits, flexibles, facilement implantable sur les parkings de nos hopitaux ou sur des lieux prépositionnés pour répondre à un besoin ponctuel.

Les contraintes budgétaires imposées aux Etats obligent à faire des choix, mais aucun politique n'a jamais dit : "les décisions que nous prenons pour réduire les déficits ne nous permettront pas de faire face à des crises inatendues ", manque de courage ou insouciance ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.