Supprimer l'ENA, ce n'est probablement pas ce que l'on croit ...

La réforme Macron fait un trait sur l'histoire de la Haute Fonction Publique

La logique de la suppression de l'ENA et le regroupement de toutes les hautes écoles administratives n'est que le constat du déclassement de la haute fonction publique.

La haute-bourgeoisie n'envoie plus ses enfants tenter l'ENA. Avec la globalisation, les jobs de pouvoir sont dans les entreprises. Cela ne date d'ailleurs pas d'hier, souvenons nous de cette tribune du Monde du début des années 80 ou une trentaine d'énarques voulait quitter la fonction publique.

Aujourd'hui un énarque après 15 ans de carrière ne gagne guère plus que € 6.000 par mois, soit le salaire de début de carrière d'un HEC...

L'on ne paye pas correctement les élus, comme les hauts fonctionnaires. Le constat est donc à la baisse d'un niveau qui ne fera que se poursuivre.

Il suffit de prendre les noms des reçus en 1980, et ceux de 2020, l'on est bien loin du gotha aujourd'hui. Combien seraient embauchés chez McKinsey ?

La réforme de Macron intéresse le chaland mais va exactement à contre-sens, elle n'est que le constat de la médiocrité ambiante.

Méfions nous des effets d'annonce, ou des fausses bonnes idées, comme la fin du cumul des mandats ... combien connaissons nous de parlementaires ? ils n'ont plus que la loi à s'occuper, ils sont bien loin d'être tous des jurisconsultes. L'égalitarisme par le bas cher aux Gilets Jaunes n'est pas un bon signe pour la démocratie.

L'élitisme ancien allait de soi avec un niveau culturel élevé, la possibilité d'obtenir des appartements parisiens avec des loyers réduits (les grandes foncières ont tout vendu à la découpe), cela n'existe plus.

Il advient à la haute fonction publique ce que la médecine a subi, un profond déclassement. Il suffit de regarder le scandale des hôpitaux tenus par des praticiens étrangers payés au smic.

L'administration française est très mal payée, et du coup, n'intéresse pas les meilleurs. Ne faut-il pas avoir la foi pour enseigner dans les conditions actuelles ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.