Retour sur Parcoursup après 3 semaines ...

N'en déplaise aux mauvais augures il est encore trop tôt pour porter un jugement négatif sur Parcoursup.

Sur 812.053 candidats enregistrés plus de 46.000 ont quitté la plate-forme, ce qui permet de supposer que la majeure partie de ceux-ci vont rejoindre des écoles privées de l'enseignement supérieur non concernées par Parcoursup et que la seule chose en attente pour eux c'est la réussite au bac.

333.000 candidats ont fixé définitivement leur choix.

262.000 ont reçu au moins une proposition et devront faire leur choix en fonctions des offres qui se libèrent.

30.000 candidats n'ont eu que des réponses négatives sur des filières sélectives, cette définition pose en soi des questions pour se retrouver dans une telle situation et un debriefing est bien nécessaire.

140.000 candidats sont en attente d'une proposition.

Il est clair que l'attente est délicate, mais d'un autre côté n'est il pas normal, alors que l'on sait que tous les élèves ne réussiront pas leur bac que les Universités françaises n'offrent pas autant de places qu'il y a de candidats alors que l'objectifs de places ne visent que les bacheliers.

Il est un fait, autour de 100.000 candidats n'auront pas leur bac et verront leur dossier Parcoursup disparaître.

Le système favorise au fond les bons élèves, il conviendra de vérifier que les bons élèves des quartiers sont traités comme les autres, ce qui reviendra demain à classer les lycées … Les lettres de motivations devraient devenir un enjeu pour lesquels la différentiation sociale avantage les plus aisés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.