Barnum duite ...

Continuons avec des sujets qui prolongent ceux d'hier ...

  • Tests

Pour faire repartir le pays nous avons un impérieux besoin, tester la population pour être en mesure de séparer les personnes qui ont été exposées au virus, ont guéri ou ne s’en sont même pas aperçus, de ceux affectés et enfin de ceux qui sont encore à risque.

Les tests actuels ne sont probablement pas adaptés, pouvoir en réaliser 30.000 par jour alors qu’il en faudrait 10 à 20 fois plus pour que le pays reparte.

Au lieu de balancer ce chiffre de 30.000 comme une victoire ne serait pas mieux d’expliquer comment cela va s’appliquer ?

  • Comité scientifique

Les politiques se cachent derrière des recommandations de Comités scientifiques, cela évite évidemment de prendre position, et c’est une façon de se dédouaner de ses responsabilités scientifiques.

Il est évident au fil du temps que ces comités sont composés de chapelles, puisqu’ils se promeuvent entre eux. Le concept du mot scientifique pose également problème. Lancer un test sur différents traitements avec l’un des groupes recevant des placebos c’est se tromper de monde scientifique.

L’on voit que l’on a affaire à des intellectuels assez loin du monde réel, la science les privent d’empathie … Le test est nécessaire, on a une chance de recevoir le bon traitement et le risque d’être soumis au mauvais. Chance ou risque pour eux c’est la même chose. Au fond le Covid c’est une partie de poker, c’est ce que défendent certains conservateurs américains, avec la question « pour quelques morts de plus, pourquoi arrêter l’économie ?

Nos politiques ne peuvent rester cacher derrière leurs responsabilités. La bonne chose c’est la force  responsabilité politique. Le défaut de moyens disponibles est pourtant le fait de l’ administration.

Le coût d’avoir de coté un stock permanent de 2,5 milliards de masque devait être de l’ordre de 25 millions d’euros, le coût d’avoir un an d’avance sur les réactifs doit être du même ordre, et cela doit être du même ordre pour maintenir un stock stratégique d’autres produits.

               Qui nomme le comité scientifique ? n’est ce pas une question légitime.

  • La la land

L’expression évoque ce qui est déconnecté de la réalité.

Le gouvernement de la France se trouve face à une crise grave, mal géré qui se transforme peu à peu en désastre.

Qu’en l’état actuel des choses il essaie de faire de son mieux. Avec ses limitations intellectuelles. Comment peut-il admettre au nom de la science que des malades du coronavirus soient traités avec des placebos ?

Il y a une urgence si l’on veut éviter une révolte de l’ordre de la Commune de Paris (les Versaillais sont partis à l’ile de Ré ou à La Baule) dès la fin de la crise ?

Changer de gouvernement est une nécessité, avec des politiques , des poids lourds qui tiennent leurs administrations au lieu d’être mené par le bout du nez.

Le langage de la vérité est bien difficile à exposer, dire que l’on ferai son possible pour minimiser la catastrophe sanitaire serait déjà une bonne chose.

Notre Président était bien petit hier, il ne suffit pas d’être martial et de demander aux soignants de se sacrifier, il ne suffit de promettre pour demain un changement qui est à 180° de la politique pratiquée. L’élection de 2017 fut un hold-up réussit pour changer le pays, elle devient une expérience pathétique.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.