Le suicide de Sarko ou le risque du "parler vrai"

Appel à tous les fossoyeurs du sarkozysme : pour peu qu'on entretienne le buzz, cet aveu sera sa dernière bourde. Hier soir, invité sur France 2 après Hollande, il a avoué

Dans le meeting,ça faisait mieux de dire "j'ai été à Fukushima" que de dire "j'ai été à Tokyo" parce que dire "j'ai été à Tokyo" pour parler de Fukushima ça passait moins bien.

http://lelab.europe1.fr/t/et-sarkozy-livra-la-verite-sur-fukushima-2136

A force de jouer le franc-parler, il a fini par reconnaître qu'il prend ses électeurs pour des cons et s'embarrasse guère de la précision. Cynisme absolu ou naïveté sans bornes, cet aveu est symptomatique et ne peut avoir qu'un seul sens : il est convaincu qu'il ne peut convaincre en disant la vérité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.