w.bourdon
Avocat au barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2020

w.bourdon
Avocat au barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Etat d’urgence sanitaire: vigilance face à une logique d’exception

Avocats et association émettent de vives préoccupations quant à la volonté d’instaurer, dans un délai extrêmement réduit, un état d’urgence sanitaire. Ils rappellent le caractère attentatoire aux libertés et relèvent que pour faire face à la propagation COVID-19, la finalité si légitime, ne doit pas conduire à abandonner l’idée même de mécanismes de contrôle.

w.bourdon
Avocat au barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les signataires émettent de vives préoccupations quant à la volonté d’instaurer, dans un délai extrêmement réduit, un état d’urgence sanitaire, en plus de l’état d’urgence prévu par la loi du 3 avril 1955 - dont ils rappellent le caractère profondément attentatoire aux libertés - et des dispositions déjà contenues dans le Code de la santé publique. Ils relèvent qu’il n’est pas démontré que les pouvoirs publics n’ont pas disposé et ne disposeront pas des outils adaptés et nécessaires pour mettre un terme à la crise sanitaire, en dehors du cadre d’un état d’urgence dédié à la menace sanitaire, pour faire face à la propagation du virus COVID-19.

La finalité poursuivie est bien évidemment légitime mais toute législation d’exception porte des risques de dérives. Les multiples prorogations de l’état d’urgence entre 2015 et 2017, avant que ses principales mesures ne soient introduites dans le droit commun, le prouvent.

La finalité ne doit pas non plus nous conduire à abandonner l’idée même de mécanismes de contrôle, pas plus que la stricte limitation temporaire de ces mesures.

Si nul ne mésestime l’absolue nécessité de mettre un terme à la crise sanitaire que nous traversons, les signataires attirent l’attention des parlementaires et des pouvoirs publics sur les dangers consistant à intégrer dans l’urgence des mesures qui ne soient pas simplement transitoires, qui plus est avec les difficultés matérielles que pose le confinement. Ces dangers sont d’autant plus exacerbés lorsque les modifications législatives voulues consistent à dupliquer un régime d’exception, déjà largement décrié pour les graves atteintes aux droits fondamentaux qu’il occasionne et que ces modifications tendent à augmenter les prérogatives du pouvoir exécutif.

Au surplus, le texte donnerait au gouvernement la possibilité de prendre par ordonnance des mesures législatives provisoires étendues, ce qui n’est pas, là encore, sans susciter un certain risque.

Enfin, les signataires regrettent que la volonté législative ne soit pas assortie d’une volonté affirmée et revendiquée, par des mesures provisoires prioritaires en cas de crise sanitaire, de protéger les populations les plus vulnérables comme les détenus , les personnes sans-abri ou en situation irrégulière, et d’aider les salariés et personnels qui se retrouvent en première ligne sans possibilité effective d’exercer leur droit de retrait (soignants, éboueurs, salariés de la grande distribution…). A cet égard, les signataires regrettent que le contexte soit déjà marqué par un affaiblissement des droits et de la protection des personnes précarisés, sous-main de justice.

 Signataires :

Me William Bourdon, avocat

Me Vincent Brengarth, avocat 

Me Emmanuel Daoud, avocat

Me Adélaïde Jacquin, avocat

Me Nabil Boudi, avocat

Association Action Droits des Musulmans

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85