Wadipi
Retraité
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2017

Les Jours Heureux, lettre ouverte à Jean Luc Mélanchon

Les Jours Heureux c'est le nom du programme du Conseil National de la Résistance, c'est le plus beau symbole de l'action collective et non partisane. C'est parce qu'il fût conçu collectivement qu'il a pu être mis en oeuvre, et ce fut la plus grande avancée sociale que la France a connue. C'est ensemble qu'on fort, c'est ensemble qu'on peut gagner.

Wadipi
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean Luc,
 tu viens de t'approprier le label "Les Jours Heureux" pour l'accrocher à la webradio de ton parti.

Les Jours Heureux, c'est le nom que le Conseil  National de la Résistance a donné à son programme. Ce nom c'est le plus beau symbole de l'action collective et non partisane, et tu l'a privatisé, ce faisant tu as tué ce qu'il représente. C'est parce qu'il fût conçu collectivement , c'est parce qu'ils ont su dépasser leurs différences pour rassembler ce qui les unissait que ce projet a pu être mis en oeuvre et ce fut la plus grande avancée sociale que la France ai connue. C'est ensemble qu'on est fort, c'est ensemble qu'on peut gagner, pas chacun dans son coin.
Il y a quelque mois, un groupe de citoyen a souhaité remettre en avant ce programme, a voulu le faire connaître à toutes celles et ceux qui ne le connaisse pas ou mal, et ils se sont rassemblé en collectif autour de ce nom "Les Jours Heureux" naturellement et c'était légitime. Il y a quelques mois des gens ont réalisé un film sur ces grandes avancées sociales, et ils l'ont appelé naturellement  "Les Jours Heureux", et c'était légitime.

Au début février, le collectif "Les Jours Heureux" a invité tous les collectifs citoyens à se retrouver à un séminaire à Villarceaux en Normandie pour réaliser ce rève du CNR de développer l'action collective. Nous nous sommes retrouvé à 50 organisations nationales durant deux jours pour envisager des actions communes (cf le lien:  https://gazettedebout.fr/2017/02/28/jours-heureux-naissance-dun-think-tank-citoyen/  ). Et à ce séminaire les jeunes étaient en majorité; c'était l'avenir!

Nous avons établi à l'unanimité une liste de 25 actions pouvant être mises en oeuvre rapidement et pouvant changer radicalement le cour de notre société.

Nous avons décidé de promouvoir les actions collectives, de ne plus jamais lancer d'actions sans avoir proposée aux autres de le faire ensemble.

Et nous avons décidé d'utiliser le label "Les Jours Heureux" à chaque fois qu'un action serait lancée collectivement, et c'est légitime, c'est l'esprit du programme du CNR.

Et cela tu le sais bien puique tu viens de signer l'appel pour la mise en oeuvre de nos 25 propositions. Tu ne peux donc pas plaider l'ignorance, tu l'as fait ou laisser faire en toute connaissance de cause.

Je sais qu'aucun des centaines de millier de membres des 50 organisations non partisannes de citoyens réunis à Villarceaux n'envisage de voter pour Le Pen, Fillon ou Macron, celles et ceux qui pensent se retrouver dans le programme d'un candidat doivent se retrouver dans ceux de Jadot, Hammon ou toi.

En t'accaparant ce beau symbole "Les Jours Heureux", tu jettes le trouble, tu brouilles le message de nos 25 propositions tu jettes sur nous la suspission d'être partidaires, tu métrise l'action collective que tu prétends représenter.

Déja, en refusant la possibilité de l'union de ta candidature avec celles de Jadot et Hamon , tu as pris le risque de perdre, le risque de NOUS faire perdre.

Il te (nous) restait une petite chance, je me décidais à voter pour toi au dela de désaccords important mais au nom de tout ce qui nous uni dans ton discours, dans ton programme, et tu me montres que je ne peux pas te faire confiance, que nous ne pouvons pas te faire confiance.

Je suis beaucoup plus agé que toi à l'état civile, mais tu es beaucoup plus agé que moi dans ta tête; tu n'as pas compris, qu'un parti tout seul ne peut pas gagner, que, de même qu'à la libération, c'est le collectif, le programme éllaboré ensemble qui seul peut gagner, contre la finance qui dirige le monde et a lancé une gigantesque campagne de pub pour nous vendre du Macron.

Cet acte, apparamment sans grande importance, fait que tu as perdu l'élection, tu NOUS a éjà fait perdre cette élection, tu nous condannes à subir Le Pen ou Macron, nous ne pouront jamais te le pardonner.

Jean Luc tu dates, tu 'as rien compris, "rassemblons nous tous autour de moi" c'est fini, c'est mort, l' homme providentiel c'est fini, c'est mort, l'avenir c'est "rassemblons nous, agissons ensemble" c'est le collectif.

Nos enfants et petits enfants te le reprocheront.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena