Wadipi
Retraité
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2017

Pourquoi je ne voterai pas Macron

Voter Macron, c'est renforcer le poids du Front National, et le rapprocher du pouvoir.

Wadipi
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne voterai pas Macron.

De même qu'en 2012 je n'ai pas voté Hollande car je ne doutais pas qu'il allait faire une politique libérale.

Les politiques libérales de droite comme celle du parti socialiste (je n'arrive pas à dire de gauche, c'est contradictoire) en détruisant petit à petit les droits des salariés au profit des actionnaires, ont toutes, et dans tous les pays, eu pour conséquence de développer la précarité, et la pauvreté et permi aux plus riches de concentrer la richesse à leur profit. Aujourd'hui dans le monde, 8 personnes (familles) ont un patrimoine cumulé équivalent à celui des 50% de la population mondiale la plus pauvre; et les 1% les plus riches possèdent depuis 20016 plus de la moitié de la richesse mondiale (cf le rapport OXFAM). Le montant des dividendes distribués ne cesse d'augmenter. Les 1% des Français les plus riches voient leur patrimoine augmenter régulièrement plus rapidement que le PIB, ce qui automatiquement fait diminuer ce qui reste pour les 90% restant.

Cette politique commune de la droite et de ceux qui usurpent le qualificatif de gauche, désespère les plus démunis qui ne se voient plus d'avenir et les désespère de la droite et de la "gauche"  les rejettant dans le camp Le Pen; regardons l'augmentation du nombre de voix FN au cour de la présidence  Hollande.

(j'espère qu'un chercheur en économie politique rapprochera les courbes d'évolution de la précarité de celle du votr FN)

Elire Macron, c'est encourager cette politique mortifaire, c'est faire augmenter le nombre de celles et ceux qui rejoignent le FN, tendance renforcèe par le front républicain, qui encourage à penser que droite/ gauche c'est bien la même chose.

En 2012, j'ai dit "voter Hollande, c'est le chemin le plus court pour amener le FN au pouvoir". Le FN n'est pas passé en tête du premier tour mais pas loin, après 5 ans de plus de la même politique avec Macron il y sera.

La bonne question est donc: voulez-vous 5 ans de Macron suivi de 5 ans d'un FN beaucoup plus fort et pouvant avoir une majorité parlementaire, ou 5 ans de FN tout de suite sans majorité parlementaire, car il a peu de chance de l'obtenir.

Aujourd'hui, Marine sans majorité présidentielle, peut être en partie neutralisée, voir poussée à la démission, dans 5 ans j'ai peur que ce soit trop tard.

Quand il faut une opération chirurgicale, la repoussée ne peut qu'agraver la maladie.

Je ne voterai de toute façon pas Marine, mais ces réflexions, me font penser, que repousser l'échéance, aussi insupportable soit-elle, risque d'aggraver les choses.

Dans 5 ans elle sera beaucoup plus forte.

Mon espoir est que Marine au pouvoir (qu'on aura de toute façon aujourd'hui ou dans 5 ans) provoquera un électrochoc pour la suite.

En 2002 j'ai voté Chirac et je le regrette.

Voter Macron c'est se mettre la tête dans le sable pour ne pas voir l'agravation des risques

P.S.: j'ai voté Mélanchon au premier tour, bien que me retrouvant plus dans le programme d'Hamon que dans le sien. Aussi je trouve indécent que la FI se pavane en mettant en avant son score, nous sommes nombreux à avoir voter Mélanchon, par rejet des projets de droite, plus que par adhésion.

En suite, j'accuse Mélanchon (et Hamon) d'être responsable de la situation, en ayant refusé l'union avec Hamon et Jadot, qui les aurait mis en tête du premier tour; par son comportement irresponsable et infantile de refuser l'union, Mélanchon est totalement responsable de ce qui arrive, et je ne suis pas pret à refaire confiance, ni à lui ni à la FI.

Il faut en finir avec les "Hommes providentiels".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon