Nicolas Sarkozy condamné : l'honneur de la justice retrouvé ou simulacre judiciaire?

Ceux qui applaudissent une telle sentence ne comprennent visiblement pas que la peine prononcée est à mille lieux de la sévérité judiciaire dont sont victimes les justiciables lambdss dsns les prétoires.

Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dont un an ferme.

Ceux qui applaudissent une telle sentence ne comprennent visiblement pas que la peine prononcée est à mille lieux de la sévérité judiciaire dont sont victimes les justiciables lambda dans les prétoires. Il n'y a en effet pas de quoi pavoiser à la lecture du jugement car les faits commis sont bien considérés comme d'une "grande gravité" mais la peine, elle, est d'une clémence à couper le souffle. La confiance en la justice est rompue depuis bien longtemps et ce verdict ne va rien arranger puisque le président ne passera pas une seule nuit en prison et il ne connaîtra probablement jamais une cellule.

Alors victoire de la justice ou simulacre judiciaire? Les plus lucides savent pertinemment qu'il s'agit là de calmer la fronde populaire contre un homme qui n'a eu de cesse de parler d'exemplarité et de droiture. Le commun des mortels attend d'ailleurs toujours le procès sur l'affaire Bygmalion ainsi que celui sur l'affaire Karachi qui eux, relèvent d'une gravité bien supérieure.

Nicolas Sarkozy peut dormir tranquille et peut surtout compter sur ses appuis des milieux d'affaires, diplomatiques et politiques. Un carnet d'adresse qui lui assure une immunité judiciaire pour le restant de ses jours.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.