Le pognon de dingue de Macron

Pourquoi parle-t-on de "pognon de dingue" lorsqu'il s'agit des aides sociales mais de simples émoluments lorsqu'on parle des logements de fonction, des salaires exorbitants et d'autres avantages en nature en faveur des ministres, députés, sénateurs, chefs de cabinet, charges de mission et j'en passe.

Pourquoi parle-t-on de "pognon de dingue" lorsqu'il s'agit des aides sociales mais de simples émoluments lorsqu'on parle des logements de fonction, des salaires exorbitants et d'autres avantages en nature en faveur des ministres, députés, sénateurs, chefs de cabinet, charges de mission et j'en passe. Les plus précaires et les plus fragiles sont ouvertement désignés comme les responsables de la déliquescence des comptes publics alors que toutes les institutions de la république sont chacune un gouffre financier pour le contribuable.

Le Sénat coûte à lui seul 338 millions d'euros, l'Assemblée Nationale 521 millions d'euros, la chaîne Public Sénat 18,5 millions d'euros, la HALDE (haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) qui au lieu de briller par son combat contre les discriminations brille surtout par un budget de 11,9 millions d'euros par an, la Cour des Comptes elle-même censée donner l'exemple, coûte 214 millions d'euros! Pognon de dingue nous disait Macron dans une vidéo où il a parlé en des termes délibérément choquants pour à nouveau opposer les bénéficiaires et les exclus de ce système social. Je n'ai pas fait l'addition de tous ces montants et mieux vaut que je ne le fasse pas car ça risque de me donner le vertige.

Pourtant ce "pognon de dingue" est tellement insuffisant devant tout ce qu'il y a de misère et de dénuement qui prolifére dans notre pays comme une traînée de poudre. Et tellement indécent quant on sait que toutes ces institutions pour certaines d'entre elles purement et simplement inutiles sont un fardeau pour nous qui sommes ponctionnés sur nos salaires pour financer des mastodontes bureaucratiques qui ont plus de vertus décoratives qu'une réelle valeur ajoutée citoyenne et démocratique. Billet qui ne changera pas le monde certes, mais qui a juste vocation à ne pas laisser l'injustice sociale devenir ordinaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.