Pour le bien de tous, nous devons nous vacciner

Les antivax donnent de la voix ces derniers jours depuis que le Ministre de la Santé, Olivier Veran a annoncé envisager l'obligation vaccinale pour le personnel soignant d'ici la rentrée.

Les antivax donnent de la voix ces derniers jours depuis que le Ministre de la Santé, Olivier Veran, a annoncé envisager l'obligation vaccinale pour le personnel soignant d'ici la rentrée.

Entre les hashtag #jenemeferaijamaisvacciner, les complotismes les plus fous et les rumeurs de stérilité causée par la vaccination, on se demande quand tous ces fantasmes vont enfin s'arrêter. Tous les vaccinosceptiques qui ont une tribune sur les ondes hertziennes n'ont pas le début du commencement d'un semblant de compétence scientifique pour expliquer la supposée dangerosité des vaccins contre le covid19. Mais beaucoup affirment avec un aplomb déroutant que le vaccin contre le coronavirus est dangereux, pas fiable et potentiellement générateurs d'une dégradation de notre état de santé dans horizon plus ou moins loin. Des propos relayés partout sur les réseaux sociaux. Ces théories basées uniquement sur des spéculations sans grand fondement nous mettent tous en danger. À l'heure où nous savons qu'un nouveau variant, le variant Delta, va peut-être reprendre le dessus d'ici la rentrée, il y a encore des gens se croyant plus forts, plus malins ou mieux informés qui refusent de se faire vacciner. Devons-nous rappeler que nous venons de vivre ces deux dernières années une tragédie mondiale historique qui n'a d'ailleurs pas encore dit son dernier mot.

De l'autre côté de la Méditerranée se trouve un petit pays dont la superficie ne dépasse pas les 163000 km2 et qui présente le bilan covid le plus lourd d'Afrique par 100000 habitants : la Tunisie. Ce pays du Maghreb n'est qu'à deux heures de vol et il va sans dire que les flux entrants et sortants de ce pays vers la France vont forcément avoir des répercussions sanitaires sur notre pays. Des millions de Tunisiens attendent désespérément des doses de vaccins mais les finances publiques exsangues de la Tunisie condamnent la population à ne compter que sur eux-mêmes et leur bonne fortune. Rien de plus. Pendant que nous rechignons à aller dans un centre de vaccination pour faire cette sacro-sainte piqûre. Nous avons la chance d'avoir en France les vaccins les plus fiables au monde (Pfizer et Moderna) et cela sans avoir à débourser le moindre euro. Une chance dont bon nombre de personnes n'ont malheureusement pas conscience.

Même si nous sommes toujours en phase expérimentale et que le risque zéro n'existe pas, nous savons tous que le vaccin nous protège contre les formes sévères du coronavirus et protège surtout nos proches ainsi que les personnes les plus vulnérables. Ceci devrait suffire à convaincre les plus sceptiques sur les bénéfices d'une vaccination mais les théories sans queue ni tête continuent de fleurir partout. On peut évoquer les scandales sanitaires du Médiator, du Levothyrox et de la Depakine pour ne citer que ces exemples. Il ont certes altéré notre confiance en la science mais cela justifie-t-il de douter de tout, d'habiller tout en mensonges et calomnies? Nous nous dirigeons vers une société où on ne croit plus en rien. La politique, la police, la justice. Bref des pans entiers de la République ont perdu toute forme d'autorité et de légitimité morales mais la science reste encore incontestablement un des principaux vecteurs de progrès. S'en détourner, c'est se détourner de l'espoir et de l'avenir.

Pour toutes ces raisons, nous devons encourager, inciter et expliquer à chacun l'impérieuse nécessité de se faire vacciner pour le bien-être individuel et collectif. Se faire vaccciner, ce n'est pas vivre moins, c'est vivre mieux et dans l'état actuel des choses, c'est entrevoir enfin un horizon dégagé qui nous permettra peut-être, il faut l'espérer en tout cas, de renouer avec les jours heureux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.