Les migrants de l'Aquarius obtiennent le statut de réfugié : bravo Martine!

42 migrants de l'Aquarius ont obtenu le statut de réfugié dans la ville lilloise de Martine Aubry. Enfin une nouvelle qui met du baume au coeur dans un pays où les individualismes et les égoïsmes sont exacerbés à l'infini.

42 migrants de l'Aquarius ont obtenu le statut de réfugié dans la ville lilloise de Martine Aubry. Enfin une nouvelle qui met du baume au coeur dans un pays où les individualismes et les égoïsmes sont exacerbés à l'infini. Ce n'est pourtant que justice d'offrir le couvert et le gîte à ceux qui fuient la faim et même la mort pour la plupart d'entre eux. Mais tout le monde ne le voit malheureusement pas de cet œil à la lumière des messages de haine qui ont déferlé sur la fachosphere pour dénoncer cette décision de la maire de Lille.

Nous pillons l'Afrique nuit et jour, nous les privons d'une santé digne en nous accaparant leurs medecins et infirmières et cerise sur la gâteau, nous leur confisquons leur démocratie en aidant les dictateurs de leur pays à se maintenir au pouvoir par la vente des armes que nous produisons. Et malgré cela, rien ne trouve grâce aux yeux des bobos bien installés dans leur confort qui martèlent inlassablement que la France est devenue ce qu'elle est uniquement grâce à elle-même. Pourtant ça tombe sous le sens que nous ne payons pas au vrai prix, le bon café, le merveilleux chocolat, le riz consistant, l'huile d'olive parfumée du supermarché près de chez nous. Tous ces produits nous viennent essentiellement d'Afrique moyennant des rétributions ridicules pour leurs producteurs. Mais les nostalgiques de l'ère de Vichy pensent dur comme fer que s'ils arrivent à remplir leur caddie, c'est le fruit de leur seul travail. Le comble de l'ignorance!

Devant tant de verrous pour s'émanciper socialement et face au danger de mort permanent lorsqu'ils osent dire non à ces injustices, qui pour jeter la première pierre à ces écorchés vifs? Nous ferions exactement la même chose qu'eux si nous avions connu l'adversité qu'ils ont traversée mais personne pour faire amande honorable.

Cette image m'a en tout cas fait rappeler la France qu'on aime, la France qu'on aimerait tant voir revenir aux rennes de notre destin collectif. En attandant, nous en sommes loin, très loin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.