François de Rugy remplace Nicolas Hulot à l'écologie...Bye bye l'écologie

François de Rugy vient d'hériter du ministère de la transition écologique. On se demande pourquoi Emmanuel Macron n'y a pas pensé plus tôt. C'est la vraie et même la seule caution "écologiste" qui se fiche complètement de l'écologie.

François de Rugy vient d'hériter du ministère de la transition écologique. On se demande pourquoi Emmanuel Macron n'y a pas pensé plus tôt. C'est la vraie et même la seule caution "écologiste" qui se fiche complètement de l'écologie. Ce qui est bien avec cette nomination, c'est qu'on risque de ne plus entendre parler d'écologie pendant tout le reste du mandat présidentiel.

L'écologie ryme avec sincérité. Or lorsque je vois et revois cette promesse faite par François de Rugy face caméras de soutenir le gagnant de la primaire socialiste en cas d'échec de sa candidature, je ne peux m'empêcher de penser que cet homme est un mercenaire politique.

Sans faire de mauvais procès d'intention, le soutien de François de Rugy à Emmanuel Macron lors de la dernière campagne présidentielle a révélé la vraie nature du personnage. Je disais dans mon précédent billet que Daniel Cohn-Bendit avait mis de l'eau dans son vin depuis mai 68. Dans le cas de François de Rugy, ce n'est plus de l'eau qu'il a mis dans son vin, c'est du dissolvant!! La fibre écologiste a totalement disparu des convictions du nouveau ministre de la transition écologique. Mais as-il vraiment eu cette fibre écologiste? Vu son appétence pour le carrierisme au détriment de l'écologie, il est permis d'en douter.

Finalement il fallait au gouvernement un très gros estomac capable d'encaisser de nombreuses couleuvres et il a fini par trouver la perle rare qui va accepter de s'assoir sur l'ambition écologique en toute quiétude. L'écologie va donc connaître des heures sombres pour les quatre prochaines années entre l'agriculture sous l'emprise des Mosanto et autres fabricants de cancers, l'énergie nucléaire rampante et la croissance comme dogme économique. Cette nomination résonne comme l'enterrement irréversible de l'écologie politique avec les conséquences désastreuses que nous connaissons.
L'humanité peut-être à un tournant de son histoire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.