La Tunisie expulse 40 migrants : une honte!

Qui l'eut cru? La Tunisie souhaite expulser 40 migrants qu'elle a accueilli sur son sol il y a deux semaines. Ces migrants viennent essentiellement d'Afrique subsaharienne, de l'Égypte et du Bangladesh. On ne perd pas de temps en Tunisie avec les migrants.

Qui l'eut cru? La Tunisie souhaite expulser 40 migrants qu'elle a accueilli sur son sol il y a deux semaines. Ces migrants viennent essentiellement d'Afrique subsaharienne, de l'Égypte et du Bangladesh. On ne perd pas de temps en Tunisie avec les migrants. Moins on a de misère chez soi mieux on se porte du point de vue des autorités tunisiennes.

Étant franco-tunisien, il est bon de porter à la connaissance des lecteurs que le rascisme et la xénophobie font aussi partie de l'ADN de la Tunisie. L'intolérance est loin d'être une exclusivité française. Les populations déshéritées du monde qui viennent s'échouer en Tunisie ne sont absolument pas les bienvenues. Les brimades, traitements indignes et la réduction des femmes en situation irrégulière à la condition d'esclave par des familles aisées pour en faire leur bonne est une réalité loin d'être anecdotique. Donc l'expulsion manu militari de ces migrants n'est que l'expression de la politique migratoire d'un pays aux antipodes de la miséricorde humaine.

Là où l'histoire devient vraiment cocasse, c'est que la Tunisie est l'un des plus grands pourvoyeurs d'embarcations de fortune pleines à craquer de migrants tunisiens et ce, avec la complaisance du gouvernement qui ne sait plus quoi faire de cette misère, de ces jeunes diplômés qui veulent un travail. Ainsi on ferme les yeux sur ce trafic d'être humains qui rapporte au passage des sommes pharaoniques à leurs auteurs ce qui permet au bout de la chaîne de réduire ces problèmes insolubles que sont le chômage et la pauvreté. Et tant pis si on les envoie vers l'impasse d'une Europe complètement étanche à la compassion et à la mansuétude. Ils iront vendre à la sauvette des cigarettes Marlboro au métro Quatre Chemins ou Barbes. Au pire, à la morgue.

Dans les deux cas, le gouvernement tunisien est gagnant. Alors, si la France ne prend pas toute sa part de la misère du monde, que dire de la Tunisie?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.