Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

465 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 août 2022

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Une histoire banale d'exploitation des travailleurs en Tunisie

C'est une histoire banale comme il en existe des milliers en Tunisie mais qu'il ne faut jamais se résoudre à accepter. Le rapport de force dans le monde du travail n'est pas, on le sait, à l'avantage des salariés mais plutôt du côté des patrons. En Tunisie plus qu'ailleurs,  le patronat a très bien compris qu'il y avait un avantage à tirer d'une crise économique aiguë et d'un chômage structurel.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est une histoire banale comme il en existe des milliers en Tunisie mais qu'il ne faut jamais se résoudre à accepter. Le rapport de force dans le monde du travail n'est pas, on le sait, à l'avantage des salariés mais plutôt du côté des patrons. En Tunisie plus qu'ailleurs, le patronat a très bien compris qu'il y avait un avantage à tirer d'une crise économique aiguë et d'un chômage structurel qui enracine une grande partie de la population dans la pauvreté.

C'est ainsi qu'une station essence appartenant au groupe Total située dans la petite localité de Menzel Bouzelfa, use et abuse depuis des années de ses pompistes qui œuvrent à toutes les heures, tous les jours et pour des salaires de misère. Ces pompistes au nombre de 6 sont tous sans diplôme ni qualification et font quotidiennement des nuits de travail de 13 heures et demi de travail et des services de jours de 10 heures et demi. Debout, sans pause, sans gants, sous une chaleur écrasante, ils inhalent chaque jour et en très grande quantité des substances hautement toxiques et inflammables. Interdit d'avoir une envie pressante pour l'équipe de nuit car le gérant verrouille les toilettes une fois la nuit tombée.

Le gérant de cette station Total qui réalise pas moins de quelques milliards de dinars de bénéfices chaque année en veut toujours plus même si cela doit se faire au mépris de la morale, du droit et de la santé de ses salariés.
La combine pour maximiser encore davantage la rentabilité de sa station essence est toute trouvée et elle fonctionne à merveille. Le patron sans foi ni loi rémunère ses pompistes à hauteur de seulement 8 heures de travail par jour au lieu des 13  heures et demi réellement effectuées la nuit et des 10 heures et demi effectuées le jour. Soit plusieurs heures cumulées de travail par jour pour la gloire...la gloire de leur patron bien sûr à l'abri de la pauvreté et pour plusieurs générations. De nombreuses heures supplémentaires impayées mais aussi les cotisations sociales et patronales inhérentes à ces heures aggravant par ricochet les déficits des comptes sociaux de ce pays économiquement déjà très fragile. Ce dernier exerce sur ses salariés un scandaleux chantage à l'emploi qui dure depuis des années sans que personne ne se soit vraiment inquiété de ces petites mains qui remplissent des réservoirs à longueurs de journées pour l'intérêt d'une station essence aux affaires florissantes.

On croit toucher le fond mais non. Jamais rassasié, le patron de cette localité connue pour ses agrumes prélève directement et sans aucun scrupule les écarts de caisse sur le salaire déjà bien maigre de ces travailleurs pauvres furent-ils de quelques millimes tunisiens (centimes d'euros) seulement. Faire une erreur de comptage, de rendu de monnaie, quoi de plus normal quand on fait des nuit continues de presque 14 heures de travail surtout quand on sait qu'on ne sera payé que 8 heures et pour une bouchée de pain.

Faire travailler ses employés 13 heures et demi la nuit et presque 10 heures et demi en journée et les payer seulement 8 heures par jour, en voilà une bonne idée et elle colle hélas parfaitement à l'image du patronat qui exploite la misère et l'extrême pauvreté ambiantes en Tunisie. La faute à qui? À un patron cupide? À une inspection du travail nonchalante ? À des salariés prêts à tout pour garder leur emploi fut-il un emploi de misère? Sans doute un mélange des trois. Alors qu'une nouvelle constitution a été adoptée en Tunisie malgré une faible participation au référendum du 25 juillet dernier, c'est l'idée même du progrès social qui est en jeu et que les Tunisiens entendent défendre et promouvoir pour combattre un patronat sanguinaire à l'appétit financier insatiable. Défendre les droits des salariés en Tunisie est un combat de tous les instants car ces multinationales et notamment les multinationales françaises qui viennent s'implanter en Tunisie le font souvent pour les bas salaires et la présence de travailleurs malléables à souhait. Heures supplémentaires impayées, heures de nuit non majorées, pas de congés payés et des cadences infernales sont l'amer quotidien de ces travailleurs à l'espérance de vie raccourcie d'au moins une décennie si ce n'est plus.

Le dirigeant de cette station Total de Menzel Bouzelfa à la fortune déjà colossale pourra toujours s'enorgueillir d'avoir aliéné la condition sociale et humaine de ses salariés pour en faire ce qu'il faut bien appeler des esclaves mais le drame est que cette course folle à rentabilité condamne aussi toute la génération suivante car sans moyens pour aller à l'école, apprendre et s'émanciper.
Un déterminisme social qui nous amène à nous demander si Menzel Bouzelfa se trouve bien dans le pays de la Révolution du Jasmin...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon