La justice est entrain de tuer le Rassemblement National

Le Rassemblement National lutte contre la vie et la mort d'après les déclarations de Marine Le Pen. Le gel de 2 millions d'euros ordonné par deux juges pour sanctionner la présidente dans le cadre d'une enquête sur les assistants présumés fictifs au Parlement européen.

Le Rassemblement National lutte contre la vie et la mort d'après les déclarations de Marine Le Pen. Le gel de 2 millions d'euros ordonné par deux juges pour sanctionner la présidente dans le cadre d'une enquête sur les assistants présumés fictifs au Parlement européen. Le commun des lecteurs de Mediapart n'a pas forcément toutes les cartes en main pour forger une opinion définitive sur le sujet.

Néanmoins, ordonner une saisie d'un tel montant relève clairement de l'assassinat politique. Sans être encarté RN, il est permis de douter qu'une telle décision ait d'autres visées que celle de sanctionner d'éventuels manquements à la déontologie politique et financière du parti. Pourquoi? Parce que ce parti présente la garantie de percevoir ce montant demandé par les juges et qu'il suffirait d'exiger un échelonnement de cette somme ce qui éviterait l'asphyxie financière du parti et à terme sa mort. Je ne vais pas pleurer sur une millionnaire.

Toutefois vouloir museler le premier parti d'opposition de France est quand même troublant pour un pays qui defend et promeut la pluralisme politique dans le monde. En réalité, nous ne sommes pas plus une démocratie que d'autres pays ouvertement autoritaires. En même temps ça nous arrange bien qu'un parti qui tire son ADN des thèses xénophobes et fascisantes disparaisse. Ça me pose juste un problème de conscience démocratique mais ne soyons pas plus royaliste que le roi. Qu'importe! Si la justice envoyée en service commandé par l'exécutif décide de réduire le RN au néant afin que LREM passer le premier tour des prochaines élections présidentielles ainsi soit-il.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.