La mafia politique française intouchable

Les investigations des journalistes sur les conflits d'intérêt, les détournements de fonds publics, pire encore des financements de campagne présidentielle avec de l'argent provenant de dictatures étrangères se succèdent les unes aussi édifiantes que les autres.

Les investigations des journalistes sur les conflits d'intérêt, les détournements de fonds publics, pire encore des financements de campagne présidentielle avec de l'argent provenant de dictatures étrangères se succèdent les unes aussi édifiantes que les autres. Documents officiels, témoignages clés et un travail de recherche titanesque sont autant d'éléments pour corroborer et accréditer leur enquête d'envergure.

Sarkozy, Balkany, Guėant, Woerth, Copé, Lavrilleux, Kohler et la liste est loin d'être exhaustive. Fabrice Arfi a réalisé un travail colossal mais son opiniâtreté n'a malheureusement n'a pas rencontré le succès escompté. De quoi décourager le journaliste d'investigation quand on sait qu'il a mouillé la chemise pour porter à la connaissance du grand public des informations hautement compromettantes pour l'ancien président. Ce dernier écoulant des jours tranquilles et ayant même fait savoir qu'il souhaitait profiter d'un "bonheur simple". Rien que ça! Le plus petit des chefs d'inculpation dont il fait l'objet empêcherait le commun des citoyens de trouver le sommeil là où ce mafieux fini dort tranquillement et continue de coûter un "pognon de dingue" au contribuable. Idem pour les Balkany qui jouissent d'un joli et inépuisable patrimoine sans qu'UN seul juge d'instruction n'ait été capable de les inquiéter.

Impressionnant non cette justice indépendante et censée être la même pour tous? Tout bon lecteur de ce journal armé d'un minimum de bon sens comprend qu'il y a anguille sous roche et que la démocratie, la vraie, pas celle des déclarations de circonstances et des plateaux télé est encore loin de notre pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.