Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

456 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2022

Ces détracteurs de Jean-Luc Mélenchon lorsqu'il dénonce l'impérialisme américain

Les détracteurs de Jen-Luc Mélenchon suite à son billet de blog pour dénoncer la visite de Nancy Pelosi à Taïwan surjouent l'indignation à bien peu de frais. Et l'article de François Bougon et Mathieu Dejean viennent malheureusement donner de l'écho à cet antimélenchonisme primaire qui trouve sa source uniquement dans le caractère clivant du personnage.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les détracteurs de Jen-Luc Mélenchon suite à son billet de blog pour dénoncer la visite de Nancy Pelosi à Taïwan surjouent l'indignation à bien peu de frais. Et l'article de François Bougon et Mathieu Dejean viennent malheureusement donner de l'écho à cet antimélenchonisme primaire qui trouve sa source uniquement dans le caractère clivant du personnage.

On ne peut pas plaire à tout le monde, on le sait, quand on arrive au niveau de notoriété et de popularité de Jean-Luc Mélenchon mais prendre une déclaration, la tordre dans tous les sens pour dépeindre le leader Insoumis en porte-parole de l'impérialisme chinois est juste risible. La réalité est que la visite de Nancy Pelosi était bien une provocation manifeste envers la Chine qui lorgne sur cette île depuis très longtemps. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons, la Chine veut récupérer ce territoire et nous Français, nous serions très mal avisés de juger les intentions chinoises quand on sait que les troupes françaises sont intervenues au Sahel, en Centrafrique, au Tchad et que la France maintient un dispositif de sécurité renforcé dans les Outre-mer notamment en Guadeloupe où les aspirations indépendantistes sont de plus en plus fortes.

En matière d'impérialisme, nous n'avons donc pas beaucoup de leçons à donner au monde car la France, elle-même, exerce et s'attèle à étendre son influence culturelle, politique militaire et économique par la force. Sans parler du soutien d'Emmanuel Macron à Mahamat Idriss Deby, l'actuel président tchadien qui a succédé à son père sans aucun processus démocratique là aussi pour garder ce territoire d'Afrique sous emprise française. Dénoncer donc la posture américaine est juste le bon sens car le voyage de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis vaut quasiment reconnaissance de Taïwan en tant qu'Etat indépendant et souverain alors que la Chine ambitionne de reprendre cette île.

Nul doute qu'il faille toujours soutenir les démocraties lorsque celles-ci sont menacées par des États impérialistes mais force est de constater que l'impérialisme d'aujourd'hui n'est pas que chinois. Il est aussi américain et russe. Or combattre les trois impérialismes en même temps relève de l'impossible. D'où la nécessité de choisir l'impérialisme le plus dangereux pour le monde et de ce point de vue, il ne fait aucun doute que c'est bien l'impérialisme américain qui fait craindre au monde entier le chaos total dans un avenir proche. Les guerres en Irak, en Afghanistan, en Libye, le soutien et l'armement d'Israël pour mieux réprimer le peuple palestinien qui résiste à l'occupation sont autant de menaces pour la stabilité du monde.

Les bonnes âmes revendiquent le soutien au peuple taïwanais parce que l'île est une démocratie mais qui croit encore que les États-Unis soutiennent la démocratie dans le monde après les effusions de sang qu'ils ont provoquées au quatre coins de la terre? La France, pays soumis aux desiderata américains n'est pas davantage animée par ce dessein progressiste de répandre la démocratie et l'autodétermination des peuples où alors il faut nous expliquer pourquoi notre diplomatie soutient toujours ouvertement et reçoit en grande pompe Denis Sassou-Nguesso, le président de la République du Congo, l'un des hommes les plus corrompus de la planète et massivement rejeté par l'opinion publique congolaise. La même question se pose aussi pour le président égyptien Al Sissi qui a accédé à la plus haute marche du pouvoir en décimant des milliers de manifestants.

C'est pourquoi soutenir la démocratie est certes une impérieuse nécessité et salutaire pour ce que nous sommes mais le faire de façon pragmatique et par étape c'est mieux car s'offusquer de voir un article qui dénonce l'impérialisme sanguinaire américain, c'est soutenir l'impérialisme américain lui-même et lui donner toutes les raisons de continuer son expansion mortifère à travers le monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com