Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

454 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2022

L'indéboulonnable Gérald Darmanin

Ça commence à faire beaucoup d'échecs pour Gérald Darmanin mais des échecs qui lui permettent miraculeusement de se maintenir au gouvernement. Le petit protégé de Nicolas Sarkozy s'en sort à bon compte avec tous ses loupés et pourtant, les raisons de le démettre de ses fonctions ne manquent pas.

Wael MEJRISSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça commence à faire beaucoup d'échecs pour Gérald Darmanin mais des échecs qui lui permettent miraculeusement de se maintenir au gouvernement. Le petit protégé de Nicolas Sarkozy s'en sort à bon compte avec tous ses loupés et pourtant, les raisons de le démettre de ses fonctions ne manquent pas. Trois séquences suffisent à caractériser l'action bancale pour ne pas dire totalement inefficiente du ministre de l'Intérieur.

D'abord la tentative de dissolution de l'association Palestine Vaincra qui s'est soldée le 20 avril dernier par un gigantesque flop. Le Conseil d'Etat avait en effet suspendu la dissolution souhaitée par Darmanin à coups de tweets et d'une présence médiatique totalement disproportionnée. Les arguments invoqués par la place Beauvau considérés comme faibles voire totalement fallacieux ont affaibli la crédibilité du ministère dont il a la charge. Là où Gérald Darmanin voyait dans cette association de l'antisémitisme et de l'apologie de la violence, le Conseil d'Etat y a vu tout simplement l'usage d'une liberté d'expression rendue possible par le régime démocratique de notre pays. Deux lectures et donc deux décisions différentes qui montrent que Gérald Darmanin ne sait visiblement pas très bien évaluer ce qui relève d'appels à la haine et ce qui relève de la critique d'un État et de sa politique vis-à-vis d'un peuple voisin.

Il y a ensuite l'organisation totalement ratée de la finale de la Champions League au Stade de France le 28 mai qui restera comme le symbole d'un ministre en plein naufrage. Le fiasco de cette soirée a connu un retentissement mondial et s'il y a un responsable de ce ratage complet, c'est bien Gérald Darmanin. Mais non Gérald est toujours là malgré les violences policières et l'insécurité qui ont rythmé cette triste soirée et qui ont durablement terni l'image de la France en dehors de nos frontières. Très difficile donc de comprendre comment Gérald Darmanin fait pour se sortir de ses échecs qui sont de surcroît des échecs amplifiés par une résonance médiatique importante.

Et enfin l'affaire Hassan Iquioussen finirait normalement d'achever comme dans toute démocratie digne de ce nom la carrière politique d'un ministre qui enchaîne les ratés les uns après les autres. L'imam connu pour ses positions rigoristes mais bien loin de l'antisémitisme et de la misogynie dont l'accuse le ministre de l'Intérieur ne sera finalement pas expulsé alors que le dit ministre a déployé tous les leviers de sa vaste administration pour le renvoyer au Maroc. Ni antisémitisme ni la misogynie n'ont été retenus par le tribunal administratif ne pouvant donc pas arborer dans le sens de Gérald Darmanin. Ce dernier reste désespérément seul à voir de l'antisémitisme, des dérapages là où il y seulement l'usage d'une liberté d'expression pleine et entière.

Rappelons que c'est Darmanin lui-même qui a porté la fameuse "loi confortant les principes de la République" dite loi contre le séparatisme afin d'avoir les mains plus libres pour expulser, dissoudre et arbitrer à la convenance de ses opinions politiques ostensiblement d'extrême-droite. Une loi sans aucun impact donc. Encore un échec mais un échec qui permet d'alimenter la bête raciste et xénophobe qui grossit un peu plus chaque jour en France.

Gérald Darmanin pourrait presque marcher sur l'eau. Rien ne peut l'atteindre. Il peut tout rater, accuser à tort, engager des dissolutions et des expulsions illégitimes et se faire retoquer dans ses décisions. Si on ajoute en plus les accusations de viols qui l'ont pris pour cible mais sans jamais l'atteindre, on peut définitivement dire qu'il est indéboulonnable alors que sans talent, ni charisme et foncièrement malhonnête. C'est le drame de la classe politique française.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes