Déremboursement des médicaments : une évolution inquiétante

Le titre se veut volontairement alarmiste car le constat que je fais est réellement préoccupant pour notre bien commun qui fait à la fois la force, l'honneur et la réputation internationale de notre modèle social.

Le titre se veut volontairement alarmiste car le constat que je fais est réellement préoccupant pour notre bien commun qui fait à la fois la force, l'honneur et la réputation internationale de notre modèle social.

Tomber malade ne doit pas être une tare et pourtant, lorsque je passe en pharmacie pour récupérer des médicaments, à ma grande surprise, je note que le nombre de médicaments déremboursés augmente de façon inquiétante. A chaque fois que je m'apprête à sortir ma carte vitale, mon pharmacien me dit "gardez-la je n'en ai pas besoin, ce n'est pas remboursé" sur un ton très désagréable. Ou est-ce plutôt le message qu'il m'exprime qui est désagréable. Sans doute. Quant aux médicaments soit-disant pris en charge, oubliez le tiers payant. Ceux qui bénéficient d'un remboursement se font à hauteur de 20% maximum et je vous le prouve ici.

Un vrai scandale d'autant que le déremboursement de ces médicaments se fait en catimini sans aucune communication gouvernementale. Par contre les comptes de la secu eux, se redressent et sont quasiment à l'équilibre rapporte Le Point. Mais à quel prix? J'ai cru au début que la sécu était mieux gérée grâce à la suppression des doublons, la chasse aux gaspillages et une organisation plus efficiente. En fait non, pas du tout! c'est juste qu'elle ne rembourse plus les médicaments, tout simplement!

De cette façon très facile en effet de combler le trou de la sécu sauf que les victimes ne seront autres que les "riens" qui sont de plus en plus nombreux à renoncer aux soins faute de moyens. Ils ont été 26,5% d'assurés sociaux en 2016 d'après Les Echos. Ne reste donc plus qu'à s'attaquer aux accidents de travail et aux arrêts maladie et la boucle sera bouclée. Le tour de vis social tant redouté opére donc déjà en toute discrétion. Le déremboursement des médicaments anti-Ailzeihmer pendant la coupe du monde en est la parfaite illustration.

Un terrible vent libéral est entrain de souffler sur la France sociale et solidaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.