La France abandonne la cause palestienne

La politique étrangère de la France n'a jamais été aussi lamentable que depuis que nous avons Emmanuel Macron à l'Elysée. Un plan de paix qui ressemble à tout sauf à un plan de paix est entrain de voir le jour au Moyen-Orient pour résoudre le conflit israélo-palestinien et selon une méthode de négociation pour le moins surprenante!

La politique étrangère de la France n'a jamais été aussi lamentable que depuis que nous avons Emmanuel Macron à l'Elysée. Un plan de paix qui ressemble à tout sauf à un plan de paix est entrain de voir le jour au Moyen-Orient pour résoudre le conflit israélo-palestinien et selon une méthode de négociation pour le moins surprenante! Un plan de paix préparé au coin d'une table sans consulter les principaux concernés.

Et la diplomatie française supposée forte et entendue dans le monde ne bouge pas le petit doigt pour s'opposer à un simulacre de négociation. Jérusalem, le droit au retour des réfugiés sur leurs terres et le contour des frontières d'un futur état palestinien sont autant de questions totalement évacués. Mais que reste-t-il à négocier dans ce cas? Et que fait le président, notre monsieur 23% qui regarde cela de très loin. À part vendre des rafales et des bombes à l'Arabie Saoudite pour exterminer le peuple yéménite, quel concours apporte la France pour résoudre le conflit israélo-palestinien?

Qu'a fait Emmanuel Macron lorsque Donald Trump a déclaré l'arrêt de la contribution financière americaine à L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine alors que les principaux bénéficiaires sont des enfants palestiniens qui grâce à ce dispositif ont accès à un semblant d'éducation. A cela s'ajoute l'annulation de 200 millions de dollars d'aides aux Palestiniens ce à quoi l'Allemagne a réagi dans la demi-seconde en augmentant sa contribution à cette aide.

Là encore rien de la part du président qui décortique toujours les courbes des sondages. Il aura beau manger dans toutes les cantines scolaires et se pavaner avec la communauté gay au palais de l'Elysée pour se racheter un capital politique. Son capital politique est déjà totalement consumé sinon déficitaire et les sondages le montrent jour après jour.

Des jours funestes pour la France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.